Lens et Lille placent leur stade pour 2016

Antoine Maes

— 

Le futur Grand Stade de Lille aété retenu.
Le futur Grand Stade de Lille aété retenu. — DR

C'était dans l'air depuis quelques jours, et la Fédération française de football l'a confirmé hier. Le stade Bollaert de Lens et le futur Grand Stade de Lille ont été retenus parmi les douze villes qui devraient accueillir l'Euro 2016 dans le cas où l'UEFA choisirait la France, le 28 mai 2010. Dans l'Artois, où la réno­vation coûtera 54 millions d'euros, le principal est fait. « C'est une énorme satisfaction. On avait mis le dossier en suspens en raison de la relégation. Mais on se devait de réfléchir à la rénovation de ce stade mythique qui, comme tout outil, vieillit au fil des années », se félicite Gervais Martel, le président lensois.

Le problème n'est pas le même à Lille. « Nous comptons sur ce projet pour être la locomotive », assurait Jean-Pierre Escalettes, le président de la Fédération, en mai dernier, lors d'une visite à la communauté urbaine en compagnie de Frédéric Thiriez, le président de la Ligue, pour faire le point. Il s'était surtout fait remarquer par Martine Aubry, qui lui avait signifié qu'un investissement pareil (324 millions d'euros) méritait bien un coup de pouce de l'Etat. Un fonds d'une centaine de millions d'euros avait été mis en place. Mais tout le monde, de Bordeaux en passant par Lyon, veut sa part du gâteau. Devant ce manque de lisibilité, les Lillois avaient menacé de se retirer. Hier, ils étaient dans la short list. W