Les Irlandais se paient les Bleus

FOOT Du fighting spirit même dans le trash talking...

N. G. avec agence

— 

Le joueur de l'équipe d'Irlande Richard Dunne, à Sofia, le 06 juin 2009.
Le joueur de l'équipe d'Irlande Richard Dunne, à Sofia, le 06 juin 2009. — VASSIL DONEV/EPA/SIPA

A trois jours du match contre les Bleus, les Irlandais attaquent déjà la France, mais sur le terrain des petites phrases.

Le défenseur de l’Eire, Richard Dunne, s’en est ainsi pris à Raymond Domenech dans le quotidien britannique The Guardian. «A chaque fois que l’équipe de France aborde un tournoi, elle dispose de tant de joueurs de grande classe, et puis il y a un homme qui semble s’ingénier à semer la zizanie, a expliqué l’Irlandais. Souvenez-vous d’ailleurs de la réaction du public au tournoi de tennis [à Bercy lundi soir] lorsqu’ils ont projeté le visage de Domenech sur l’écran géant. Toute l’assistance s’est mise à le huer et ses propres joueurs ont rigolé.»

«Ce n’est pas la peine de rajouter un surplus de pression»

Le sélectionneur de l’Eire, Giovanni Trapattoni, n’a en revanche pas critiqué son homologue français. Il a néanmoins prévenu dans La Gazzetta dello Sport que les Irlandais «étaient des guerriers. La France est équivalente pour le foot à La Scala pour l’opéra. Mais le foot n’est pas une science, ce n’est pas de la mathématique. Il ne suffit pas d’être plus fort pour gagner.»

Raymond Domenech, pourtant doué dans le jeu des petites phrases, n’a pas voulu répondre. «Ce n’est pas la peine de rajouter un surplus de pression», s’est-il contenté de dire sur le site Internet de la FFF.