Une enquête ouverte sur le match Cassis-Carnoux-AC Arles

— 

Tout a commencé par un simple courrier reçu par la Fédération française de football (FFF). A l'intérieur, une lettre anonyme jette le trouble sur le derby ayant opposé Cassis-Carnoux à Arles, le 1er mai dernier, à l'occasion de la 34e journée de National (1-3). Y a-t-il eu fraude ? Cassis-Carnoux a-t-il volontairement levé le pied pour favoriser l'accession en Ligue 2 du voisin arlésien ? Afin d'y voir un peu plus clair dans cette étrange affaire, le parquet de Marseille a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire pour « des faits de corruption éventuelle », à la suite de la dénonciation faite par la FFF.

De leurs côtés, les deux clubs provençaux nient bien évidemment toute tentative de tricherie. Arles (6e de L2) estime que cette manoeuvre a pour seul but de déstabiliser le club. « Nous avons une rencontre importante [ce soir face au Havre] et je pense que si nous étions derniers, cette affaire n'aurait jamais existé, assure Michel Estevan, le coach de l'ACA. C'est de la jalousie. »

Même son de cloche du côté de Cassis-Carnoux dont l'entraîneur de l'époque, Didier Camizuli, a appris la nouvelle lors de notre appel. « Je suis surpris car je ne suis même pas au courant », a-t-il d'abord déclaré. Avant d'enchaîner : « Si je me souviens bien, nous jouions le maintien à ce moment-là. On n'a rien à se reprocher. » Si la version des deux coachs est identique, celle d'un joueur de Cassis-Carnoux est moins catégorique. « Personnellement, je n'ai pas été approché, confie Bruno Savry, le capitaine du SOCC. Maintenant, il est vrai que la rencontre a été moins engagée que d'habitude, mais il y avait des problèmes internes au sein du club et on n'y était plus. » De là à lever le pied volontairement ? W

Jérémy Tordjman