Ligue des champions: Le nul fait le bonheur de l'OL

FOOTBALL Les Lyonnais ont arraché leur qualification pour les huitièmes de finale mercredi soir face à Liverpool (1-1)...

A Lyon, Jérôme Pagalou

— 

L'attaquant Fernando Torres (à gauche) au duel face au défenseur Cris, lors du match Lyon-Liverpool en Ligue des champions, mercredi 4 novembre 2009.
L'attaquant Fernando Torres (à gauche) au duel face au défenseur Cris, lors du match Lyon-Liverpool en Ligue des champions, mercredi 4 novembre 2009. — HORACIO VILLALOBOS/EPA/SIPA

L’OL peut une nouvelle fois remercier Hugo Lloris et Lisandro. De superbes arrêts du gardien des Bleus puis un but crucial de Lisandro (90e) ont permis aux Lyonnais d’arracher, mercredi soir face à Liverpool, un nul (1-1) synonyme de qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions, où les Gones rejoignent les Bordelais. Pourtant, après l’incroyable coup de canon de Ryan Babel (83e), les Lyonnais n’en menaient pas large. Mais le buteur argentin, muet depuis le 29 août (3-1 en L1 face à Nancy), a su brillamment sortir l’OL d’un mauvais pas.

Lloris, la main ferme

Avant cela, les hommes de Claude Puel, longtemps dominés au milieu du terrain, n’avaient pas montré grand-chose. Seul ce diable de Lisandro avait déjà été tout proche de tromper Reina (75e et 79e).

>> Revivez le match en live comme-à-la-maison par ici


L’autre héros lyonnais du soir est incontestablement Hugo Lloris. Déjà déterminant face à Fernando Torres (12e) et Dirk Kuyt (16e), l’ancien Niçois a sorti le grand jeu en repoussant la puissante tentative d’Andriy Voronin, parti seul dans le dos de Jérémy Toulalan (28e).
Mais son arrêt du match a eu lieu après le repos face à Lucas au prix d’un réflexe ébouriffant (68e).

Septième qualification d’affilée


Ce tandem de choc offre à l’OL, qui tentera d’obtenir la première place du groupe à Florence –sur qui l’OL compte encore un point d’avance- puis face aux Hongrois de Debrecen, sa 7e qualification consécutive pour le tableau final.

Seule ombre au tableau: les pépins physiques qui ont cette fois touché Anthony Réveillère (18e) puis Miralem Pjanic (40e), remplacés respectivement par le jeune Lamine Gassama, auteur d’une prestation délicate pour sa première apparition de la saison, et Ederson.