Les Marseillais font enfin parler la poudre au Vélodrome

Sandrine Dominique

— 

Brandao marque le 6e but olympien.
Brandao marque le 6e but olympien. — A.-C. POUJOULAT / AFP

On n'en attendait pas moins d'eux. Face au Petit Poucet zurichois,

les Marseillais ont souffert avant de dérouler en seconde période pour s'imposer sur un score fleuve (6-1), hier lors de la 4e journée de Ligue des champions.

Le Vélodrome retrouve le sourire tout comme les Olympiens. Avec six points, l'OM assure quasiment la 3e place synonyme d'UEFA league. Mais le match nul (1-1) dans l'autre match de la poule entre Milan et Madrid permet à Marseille de se replacer pour la qualification en 8e de finale. Il faudra toutefois pour cela battre un des deux « gros », Milan le 25 novembre ou le Real le 8 décembre.

L'absence de Valbuena et de Ben Arfa, tous deux sur le banc au coup d'envoi, laissait craindre des difficultés dans l'animation offensive phocéenne. Mais la titularisation du duo très travailleur et technique Abriel-Cheyrou a donné raison au coach Didier Deschamps. Cheyrou, énorme, hier soir, a organisé le jeu avant d'y aller de son but en pleine lucarne.

Tandis que l'ex-Lorientais s'est montré d'une rare efficacité avec une passe décisive et un but sur deux coups francs. Le premier était détourné dans son propre but par le milieu Aegerter (3e, 1-0). Et le second trompait tout le monde, y compris Leoni (11e, 2-0). Le gardien suisse étant il est vrai masqué par trois Marseillais en position de hors-jeu. On se disait alors que l'OM allait passer une soirée tranquille. Que nenni. Se laissant endormir par le faux rythme des Zurichois, les Olympiens regardaient jouer leur adversaire et se faisaient surprendre sur un tir d'Alphonse qui réduisait le score (31e, 2-1). Heureusement, Deschamps remontait les bretelles à ses troupes à la pause. Et c'est un véritable festival de buts que les Phocéens offraient au public au retour des vestiaires. Niang d'abord (52e), puis Hilton (81e), Cheyrou (87e) et Brandao (88e) donnaient au match des allures de déroute pour le FCZ qui aura eu le mérite de ne jamais fermer le jeu. W