« Rien n'est impossible, même s'il y a une chance sur mille »

— 

Pour votre premier match avec l'Asvel, vous affrontez Sienne, que vous aviez rencontré la saison dernière avec Nancy. Quels enseignements en avez-vous tiré ?

A l'époque, nous n'avions pas mesuré l'ampleur de leur manière de jouer. Sur le terrain, c'est fascinant. C'est l'équipe qui m'avait le plus impressionné, davantage que le Panathinaïkos ou Barcelone. Elle est complète, intense et disciplinée. Après l'avoir rencontrée, je pensais qu'elle allait tout gagner.

L'Asvel peut-elle l'emporter ?

Rien n'est impossible. Même s'il y a une chance sur mille, il ne faut pas partir défaitiste.

Comment devrez-vous vous y prendre pour tenter de créer l'exploit ?

Il faudra réaliser le match parfait, bien défendre et limiter nos pertes de balle, car Sienne capitalise beaucoup là-dessus en étant efficace en contre-attaque. Nous devrons aussi être agressifs durant quarante minutes. W

recueilli par S. M.