le bal des faux culs lensois n'a finalement pas eu lieu

— 

Sébastien Roudet face à un Lorientais.
Sébastien Roudet face à un Lorientais. — E. DELPIERRE / 20 MINUTES

« Affligeants de nullité, réagissez ! » La banderole des supporters, déployée samedi avant le match contre Lorient, semble avoir été entendue. En décrochant un point contre les Merlus (1-1), les Sang et Or ont mis un terme à une série inquiétante de quatre défaites en Ligue 1. Si Lens (18e) reste toujours relégable, le contenu de la rencontre a redonné un peu d'espoir aux hommes de Jean-Guy Wallemme.

Déçu par le non-match de ses joueurs, la semaine dernière contre Toulouse (0-2), le coach lensois attendait de voir si certains membres de son groupe n'étaient pas des « faux culs ». Wallemme peut être rassuré, car samedi, personne ne s'est caché. Mené au score à la pause, Lens a su revenir dans la partie et aurait même pu l'emporter grâce à un état d'esprit retrouvé. « On a montré du mieux. Sur l'envie, il n'y a rien à redire, mais elle doit être encore validée. On a un groupe qui doit se sentir concerné », explique Wallemme.

Car la situation lensoise reste précaire. Incapables de gagner en Ligue 1 depuis plus de deux mois, les Sang et Or sont toujours sous pression. « Il faut s'appuyer sur ce match et faire plus d'efforts pour avoir la réussite. On n'a qu'une envie : rester en première division », lâche Romain Sartre, le défenseur lensois. Moins nuls et enfin réactifs contre Lorient, les Sang et Or ont fait une partie du chemin. Le bal des faux culs avorté, Lens espère maintenant ouvrir la valse du succès. W

F. L.