Olivier Blondel, héros malgré tout

Nicolas Stival

— 

Olivier Blondel a réussi un double arrêt parfait dans les arrêts de jeu, devant Brandao.
Olivier Blondel a réussi un double arrêt parfait dans les arrêts de jeu, devant Brandao. — P. VALASSERIS / AFP

Après deux victoires contre Paris (1-0) puis à Lens (0-2), le TFC a confirmé son redressement en Ligue 1 samedi, en ramenant un nul de Marseille (1-1). Olivier Blondel, le héros de la soirée, aurait dû suivre l'intégralité de cette rencontre de la 12e journée depuis le banc de touche, comme d'habitude depuis le retour de blessure de Yohann Pelé, le 12 septembre à Nancy (0-0). Mais l'expulsion dès la 8e minute du gardien titulaire, pour avoir fauché l'attaquant marseillais Mamadou Niang qui filait au but, a changé le destin de son remplaçant.

L'ancien Havrais de 30 ans est alors entré en jeu, à la place du milieu Paulo Machado, pour disputer - seulement - sa sixième rencontre de L1. En infériorité numérique, Toulouse a marqué, grâce à un sublime coup franc de 30 mètres signé Moussa Sissoko (28e), qui n'en avait pourtant jamais frappé depuis le début de sa carrière professionnelle ! Décisif devant Lucho Gonzalez (24e, 39e) puis Valbuena (45e+1 et 50e), Blondel a longtemps paru invincible au public du Vélodrome. Avant de s'incliner sur une reprise de Brandao, à la suite d'une erreur du portier-bis toulousain (76e). « J'ai voulu relancer vite car l'arbitre [M. Ennjimi] m'avait dans le collimateur, explique l'intéressé, averti un peu plus tôt pour gain de temps. J'ai vu Moussa et Franck [Tabanou] qui étaient en supériorité numérique dans leur zone, mais je n'ai pas fait la relance idéale. »

Il a en revanche réussi un - double -arrêt parfait dans les arrêts de jeu, devant le même Brandao. Pas suffisant pour consoler cet éternel perfectionniste, qui ne retenait après coup que son erreur. « Ceux qui me connaissent savent que je réagis comme cela, lâchait Blondel hier, après le décrassage. Mais avec du recul, et après en avoir discuté, je ressens les choses différemment. » Dimanche prochain, face à Rennes, le Normand ne sera pas pris au dépourvu. En l'absence de Pelé (suspendu), il sait déjà qu'il débutera la rencontre. « Mon intention était de l'aligner jeudi face au Shakhtar Donetsk [en Ligue Europa], car il est en manque de compétition, explique Alain Casanova. Finalement, je vais inverser. » C'est donc Yohann Pelé qui devra faire face à l'impressionnante armada offensive brésilienne du club ukrainien, large vainqueur (4-0) à l'aller. W