Sebastian Vettel lors du Grand Prix d'Abou Dhabi en novembre 2009. 
 Sebastian Vettel lors du Grand Prix d'Abou Dhabi en novembre 2009.  — Reuters

FORMULE 1

Grand Prix d'Abou Dhabi: Sebastian Vettel, Jenson Button, et l'ardoisier de Rubinho

Le premier Grand Prix d'Abou Dhabi vu de l'intérieur...

De notre envoyé spécial à Abou Dhabi

 

Dernier tour du Grand Prix d'Abou Dhabi, moment d'excitation intense. Tandis que Jenson Button, troisième,  pousse jusqu'au bout Mark Webber dans ses retranchements, et que tous les mécaniciens de l'écurie de l'Australien se précipitent sur le muret pour danser à la gloire de Sebastian Vettel, finalement vainqueur, un homme est en panique: l'ardoisier de Rubens Barrichello, inopportunément situé entre les stands Toro Rosso et Red Bull, s'active frénétiquement pour retrouver ses lettres. D’habitude, il utilise ces bouts de plastique pour donner quelques indications au pilote Brawn. Une minute de stress plus tard, l'homme peut brandir son ardoise au moment de l'arrivée de Sebasian Vettel avec un message très personnel: «Fatna, veux-tu m'épouser?»




>> Pour voir le diaporama sur le champion du monde Jenson Button

 

>> Pour revivre le Grand prix en live

 

Finalement l'instant  presque le plus intense d'un Grand Prix plus spectaculaire par l'architecture du circuit de l'île de Yas, sa marina, son hôtel qui surplomb la piste, que par la course elle-même. Une course qui s’est résumée à un mano a mano ente les Red Bull et les Brawn que Lewis Hamilton n'a pu troubler qu'un court laps de temps avant que la mécanique de sa Mc LAren rende l'âme. Comme tout au long de la saison finalement.

 

Vettel prend rendez-vous


A voir le sourire de l'ardoisier de Rubinho après le podium, Fatna a dû dire oui. A voir la rage de Sebastian Vettel, le jeune allemand n'avait sans doute pas digéré les critiques qui se sont abattues sur lui après quelques erreurs qui ont sans doute coûté le titre à Red Bull. Mais le fougueux pilote n'est pas du genre à avoir des regrets: «Notre boulot, c'est d'être à la limite. Parfois, on l'a dépassée cette saison, et on l'a payé, mais je préfère cela à n'avoir pas assez tenté.»



Il devra retenter la saison prochaine dans un duel Brawn-Red Bull que les McLaren et Ferrari sûrement revenues au niveau, devraient plus régulièrement troubler.