« C'était tout bénef pour les Parisiens »

Recueilli par Carole Vinco

— 

Comment le groupe a-t-il vécu ce week-end mouvementé et la décision de reporter le match contre le PSG ?

Il y a eu beaucoup de déception. On s'était bien préparés et on avait tous envie de jouer le match. La Ligue [de football professionnel] aurait pu réagir plus vite, surtout que Paris était au courant car des joueurs présentaient des symptômes. Maintenant, c'est la décision de la Ligue et il faut faire avec.

Et justement, que pensez-vous de l'attitude du PSG ?

No comment... Perso, je pense que ça arrangeait les Parisiens de ne pas jouer. Ils avaient beaucoup d'absents, c'était tout bénef pour eux de reporter le match. Mais même si, à mon avis, ils ont tout fait pour, c'est la Ligue qui a fait le choix final.

Quelle est la meilleure date pour jouer le match selon vous ?

Quelle que soit la date, c'est tendu pour nous. Pour le 2 décembre, ça ne va pas être facile. On devra enchaîner dix matchs et, au niveau des organismes et de la fatigue, ce sera dur. En janvier, il y a la CAN [Coupe d'Afrique des nations], ça ne nous arrange pas non plus. Je ne sais pas comment ça va se décider.

Après ses deux victoires consécutives (à Nancy 3-0 et à Zurich 1-0), l'OM était sur une bonne dynamique. Ne craignez-vous pas que ce match reporté marque un coup d'arrêt ?

C'est sûr que l'élan est un peu coupé. Mais on n'est pas perturbés, on est tous en jambe et on va tout faire pour rester sur cette bonne dynamique. A Nancy, on a fait un bon match. A Zurich, on était moins bien mais plus costauds tactiquement. On n'est pas très loin des équipes qui sont devant nous au classement [3e derrière Monaco et à cinq points du leader Bordeaux]. Si on arrive à les rattraper en ayant ce match de retard, ce sera du bonus pour nous.

Que faudra-t-il faire pour gagner contre Toulouse samedi soir ?

Continuer à défendre tous ensemble et resserrer le bloc. Il faut concrétiser les occasions, se mettre à l'abri plus tôt en tuant les matchs. Et s'appliquer à réussir la dernière passe, le dernier geste. C'est ce qu'on essaye de faire à l'entraînement. W