« Notre nouveau projet est fait pour durer »

— 

S. TESSIER / 20 MINUTES

L'UGS Nantes Rezé, promu en Ligue B, est leader, après trois journées. Etes-vous surpris ?

Thierry Rose : Bien évidemment. Il ne faut pas oublier qu'on est promus, avec un des plus petits budgets de la division (400 000 euros). C'était le ticket d'entrée minimum pour la Ligue B. La plupart des autres formations oscillent entre 600 000 et 1 million d'euros. Cet été, on a beaucoup travaillé pour boucler à temps notre dossier financier. A partir du 17 août, lorsque les joueurs et le staff sont arrivés, il y a eu un incroyable esprit de corps autour de notre projet. La personnalité du nouvel entraîneur Martin Demar y a beaucoup contribué, c'est certain.

La moitié de l'effectif est composée de joueurs étrangers. Le public arrive-t-il a s'identifier à cette équipe ?

On a renouvelé notre équipe à 70 %. Et on consacre beaucoup d'attention à l'intégration de ces joueurs étrangers. On est vraiment aux petits soins. Ils sont très réceptifs et ont envie de donner du plaisir au public. Ils parlent français et sont très abordables. Certains entraînent ou participent à des séances avec des jeunes du club. Pour être bien sur le terrain, il faut être bien en dehors.

L'UGS a été créée il y a trois ans. Vous aviez annoncé la montée dans ce laps de temps. Vous êtes synchro...

On a été opportunistes la saison dernière. Il y a eu une refonte des poules. On a profité du fait que cinq équipes montaient l'année dernière (4e au général en N1) en Ligue B. Cette saison va être compliquée car quatre formations descendent. Pour nous, l'objectif est très clair, c'est le maintien. Notre nouveau projet est fait pour durer. La Ligue A ? On verra dans les trois ans. On doit y aller doucement. Notre autre objectif est de s'installer dans le paysage sportif local et de remplir les salles. Les élus et les partenaires privés perçoivent notre UGS comme une réussite. W

Recueilli par David Phelippeau