Bordeaux met Munich en bière

FOOT Malgré deux penalties ratés, les Girondins s’imposent 2-1 face au Bayern...

Rémi Bostsarron à Bordeaux

— 

 Les Bordelais se congratulent après le but de Marc Planus contre le Bayern Munich, le 21 octobre 2009 à Bordeaux.
 Les Bordelais se congratulent après le but de Marc Planus contre le Bayern Munich, le 21 octobre 2009 à Bordeaux. — R. Duvignau / Reuters

Ambiance des grands soirs européens, au stade Chaban-Delmas. En faisant chuter le Bayern Munich (2-1), les Girondins n’ont pas seulement pris leur revanche sur la finale perdue de la Coupe UEFA 1996. Ils ont surtout confirmé qu’ils avaient les moyens de leur ambition : se qualifier pour les huitièmes de finale de cette Ligue des Champions. Une qualification plus que jamais à leur portée aujourd’hui, puisqu’ils se retrouvent seuls leaders de la poule A.

>> Un match à revivre en live en cliquant ici

Ce sont pourtant les Bavarois qui ouvrent la marque, sans avoir eu le temps de se montrer dangereux. Sur leur premier corner, c’est Ciani qui se charge de tromper son gardien Carasso (4e). Un coup du sort qui n’assomme pas les Girondins. Poussés par une enceinte comble, ils monopolisent le ballon, se créent des occasions, et après des tentatives de Chamakh (6e) et de Wendel (18e), c’est finalement Ciani qui se rachète, sur un corner, d’une magnifique «Madjer». Le stade explose, et se réjouit encore quand, dans la foulée, le prodige allemand Müller écope d’un deuxième carton, et donc d’un carton  rouge (30e).

En supériorité numérique, les Bordelais continuent à pousser et prennent l’avantage grâce à Planus (40e), à la réception d’un coup-franc de Wendel. Après la pause, décidés à se mettre à l’abri, les Girondins ratent une occasion en or par Gourcuff sur pénalty, qui ose et loupe sa Panenka (66e). Les hommes de Laurent Blanc manquent de le payer très cher cette insolence, quand Toni trouve le poteau (72e). Dans les derniers minutes, Jussiê  y a va aussi de son pénalty raté. Sans conséquences. Réduit à neuf, le Bayern n’a pas les armes pour égaliser. Bordeaux s’est fait peur mais tient sa deuxième victoire en trois matchs dans cette Ligue des champions.