Revivez Bordeaux - Bayern en live comme à la maison

R.S.

— 

Le défenseur bordelais, Mickaël Ciani, lors de la victoire face au Maccabi Haïfa en Ligue des champions, le 30 septembre 2009.
Le défenseur bordelais, Mickaël Ciani, lors de la victoire face au Maccabi Haïfa en Ligue des champions, le 30 septembre 2009. — R.Duvignau/REUTERS
L'avant match

On se réjouissait à l'avance du duel à distance entre Gourcuff et Ribéry. il n'aura pas lieu. L'attaquant français du club bavarois souffre toujours d'une tendinite du genou et laissera ses coéquipiers, également amputés de Robben défier les Girondins à Chabans Delmas. Une aubaine pour les Bordelais, co-leaders de leur groupe, mais en panne sèche depuis deux matchs en L1.

Crise passagère ou mal plus profond, le dernier mois a dévoilé au grand jour quelques carences dans le jeu bordelais, offensives notamment. Et quand l'attaque fout le camp, c'est tout l'édifice qui s'effrite. «La loi des séries», évoque Laurent blanc, pas vraiment inquiet.

Face au Bayern, les Girondins se verraient bien imiter Lyon, tombeur mardi d'un autre grand d'Europe, Liverpool. «C'est une équipe allemande et on a payé pour le savoir, on a souvent l'impression qu'on peut les gagner, qu'on va les gagner et à la sortie on perd, indique Blanc. Dans la rigueur et dans l'impact, Bordeaux doit être à la hauteur sinon on va se faire laminer dans ce secteur».