Alain Casanova craint Le Shakhtar Donetsk

— 

Le TFC va se frotter au très haut niveau européen, demain en Ukraine, puis deux semaines plus tard au Stadium. Présidé par le richissime oligarque Rinat Akhmetov, le Shakhtar Donetsk écrase comme prévu la poule J de la Ligue Europa, après deux cartons infligés au FC Bruges (1-4) et au Partizan Belgrade (4-1).

La formation, entraînée par l'expérimenté Roumain Mircea Lucescu (64 ans), a remporté quatre titres de champion national depuis 2002. Surtout, elle a remporté la dernière Coupe de l'UEFA, en mai, et ne s'est inclinée qu'après prolongations en Super Coupe d'Europe face au grand FC Barcelone (1-0), à la fin août. Sa seule défaite cette saison. « C'est une équipe qui jouerait le titre en L1, lâche Alain Casanova. L'entraîneur et les 24 joueurs de champ sont de très haut niveau. Il y a 14 internationaux et 11 étrangers (dont six Brésiliens). La majorité de l'effectif joue ensemble depuis quatre, cinq, voire six ans. Il y a donc beaucoup de complicité. Donetsk aime tenir le ballon et engager beaucoup de monde vers l'avant. »

Le Shakhtar, actuel 2e du championnat ukrainien derrière le Dynamo Kiev, a enregistré sept victoires et trois nuls (29 buts marqués, 9 encaissés). Mais l'excellent milieu droit croate Dario Srna et ses coéquipiers ont commis un gros impair, cet été, en se faisant sortir par les modestes Roumains de Timisoara au 3e tour préliminaire de la Ligue des champions (2-2 en Ukraine, 0-0 en Roumanie). « Cette élimination est un mystère », avoue Casanova. En revanche, le potentiel de son prochain adversaire n'en est pas un. W

N. S.