Paris s'ensable à Toulouse... Nenê enfile les buts...

FOOTBALL Tout ce qu'il faut retenir de la 9e journée de L1...

R.S.

— 

 Le Monegasque Nenê se faufile entre Grégory Bourillon et Bernard Mendy, le 13 spetembre 2007
 Le Monegasque Nenê se faufile entre Grégory Bourillon et Bernard Mendy, le 13 spetembre 2007 — P. Deschamps/REUTERS

Les résultats de la 9e journée...
 
Lyon 0 - 2 Sochaux: Faty (16'), Privat (91')
Auxerre 1 - 0 Bordeaux: Birsa (70')
Montpellier 2 - 1 Saint-Etienne: Ait Fana (54') Camara (58'), Bergessio (75')
Nancy 0 - 3 Marseille: Valbuena (5'), Brandao (78'), Abriel (82')
Valenciennes 2 - 0 Grenoble: Samassa (18'), Ben Khalfallah (24')
Le Mans 1 - 1 Boulogne-sur-Mer: Lamah (61'), Robert (91')
Lille 0 – 0 Rennes
Monaco 2 - 0 Lens: Nenê (9', 67')
Lorient 4 - 1 Nice:
Mvuemba (39'), Vahirua (48'), Rémy (61'), S. Diarra (77'), Gameiro (88')
Toulouse 1-0 PSG: Ebondo (74')

Le classement de la L1 est ici...

Pour revivre la 9e journée en live, cliquez ici...

Le tas de sable

Ce pourrait être le nouveau surnom du Stadium de Toulouse. La faute à une accumulation des matchs joués sur la pelouse: matchs de championnat, de coupe d’Europe, de rugby,... Résultat, six tirs seulement en première période, guère plus en seconde et un rythme étonnement lent pour cette «affiche du weekend». Dommage, notamment pour le PSG. Après avoir encaissé un but d'Ebondo, il était pratiquement impossible pour les Parisiens d'inverser le cours du match face à onze défenseurs et toujours cette pelouse-champ-de-mines. Finalement, Gignac lui a rendu un dernier hommage en la traitant de «pelouse de merde». C'est simple, comme le jeu de Dédé.

Le carton

Il est à mettre au crédit de Lorient. Les Merlus ont infligé «une rouste» à Nice pour reprendre les termes du défenseur azuréen Grégory Paisley, dépité à la fin du match. Et le score aurait pu être nettement plus sévère si le gardien David Ospina n'avait pas montré toute l'étendue de sa classe. Une classe qui n'empêche pas Nice d'être désormais la plus mauvaise défense du championnat avec 20 buts encaissés, soit un de plus que la lanterne rouge, Grenoble. Mais face aux Gameiro, Amalfitano et Vahirua en état de grâce, il n'y avait pas grand chose à faire.

Le goaleador

Le Monegasque Nenê a inscrit un doublé face à Lens. Deux buts qui portent son total à sept réalisations en neuf rencontres. Il prend ainsi la tête du classement des buteurs devant le Marseillais Mamadou Niang (six buts). Alors certes le Brésilien a marqué sur penalty - et un penalty peu évident - face à Lens, mais il a surtout montré qu'il peut marquer aussi bien sur coup de pied arrêté que dans le jeu. On comprend désormais pourquoi il est aussi le joueur qui a subi le plus de fautes depuis le début de la saison, cinquante-trois soit dix-huit de plus que son rival marseillais.

Le dénigrement déguisé

Evidemment, Laurent Blanc était déçu. La défaite contre Auxerre est la deuxième consécutive des Girondins et ça fait tache après une série de 22 matchs sans défaite. Pourtant, l'entraîneur bordelais n'avait aucunement envie de se remettre en question. «On va continuer à travailler, avec l'espoir de mieux exploiter le ballon. C'est notre philosophie d'aller vers l'avant, et je ne veux pas jouer autrement, comme Auxerre par exemple que je respecte beaucoup.» Heureusement que le Président précise qu'il respecte beaucoup Auxerre, une équipe qui, on l'a bien compris, va vers l'arrière ou à la limite de côté, mais pas vers l'avant...

La surprise du chef

Qui aurait cru que Montpellier pointerait en tête du classement de la L1, à égalité avec Lyon, (mais avec un but en moins), après neuf journées de championnat? Même Louis Nicollin n’aurait pas mis un euro sur son équipe, toujours aussi solide sur les coups de pied arrêtés, mais aussi capable de prendre le jeu à son compte. Face à des Stéphanois réduits à dix juste avant la pause, l'étonnant promu a su préserver un succès construit en seconde période. Quoi qu’ils en disent, cette victoire les conforte dans leurs ambitions de jouer autre chose que le maintien cette saison.

La victoire qui soude

A Lyon, Sochaux a gagné bien plus qu’un simple match. En restant par moments recroquevillés dans leur moitié de terrain, tels des Féroïens perdus en Bretagne, la bande de Jacques Faty est parvenue à rester en place pour ouvrir le score sur corner et asseoir sa victoire sur un contre. Une victoire dédiée immédiatement à l’attaquant américain Charlie Davies, gravement accidenté dans la semaine aux Etats-Unis. «On gagne pour lui ce soir», note Francis Gillot, le coach sochalien qui retient «un gros match» de la part de ses joueurs. «Ça nous permet d’avoir confiance en nos moyens et de rebondir». Bondir plutôt, non?

La décision qui devrait faire parler

Y avait-il faute sur Cédric Hengbart, lancé comme une balle dans la surface bordelaise, lorsque Mickaël Ciani a coupé sa course d’un tacle glissé? A priori non. Toujours est-il que M. Falcone a sifflé et offert à Birsa l’occasion de transformer un penalty, synonyme de victoire pour Auxerre. Sur l’ensemble du match, cette victoire n’est pas volée, loin de là, mais l’action litigieuse n’a emballé personne du côté des Girondins. «La réussite tourne, analyse Mathieu Chalmé. Il faut faire le dos rond et se remettre au travail après cette deuxième défaite (de rang) en championnat». Il paraît pourtant que les grandes équipes ne perdent jamais deux fois d’affilée…

La stat qui fait peur


Les Grenoblois n’en sont plus à une défaite près. Battue pour la neuvième fois en neuf matchs, l’équipe de Mécha Bazdarevic attend toujours son premier point en championnat. La trêve aurait pu être bénéfique aux Isérois, mais encore une fois, à Valenciennes, ils se sont noyés, encaissant même un but du revenant, Mamadou Samassa, en furie depuis qu’il a quitté l’OM. Les Grenoblois détiennent déjà le record de la L1 avec leur neuf défaites consécutives depuis le début du championnat. Qui sait s’ils n’ont pas un record du monde dans les pattes?

La décla de la journée

Didier Deschamps a eu tout bon en titularisant Mathieu Valbuena à Nancy. Le lutin marseillais, auteur de l’ouverture du score, a prouvé à son coach qu’il pouvait encore apporter quelque chose à l'OM cette année. «Si j'ai fait le choix de rester c'est que j'avais envie de faire des grandes choses à l'OM. Je suis très attaché à ce club. Je suis un battant, ce n'est pas toujours évident, mais je suis jeune, j'ai beaucoup à progresser. L'entraîneur m'a lancé dans le bain mais il n'a pas besoin de me motiver. Quand je joue, je me donne à 100%».