France-Autriche: pas d'enjeu, mais du jeu

FOOTBALL Les Bleus voulaient terminer leurs matchs de qualification sur une bonne note avant les barrages. Mission accomplie face à l'Autriche (3-1)...

Romain Scotto

— 

Karim Benzema a marqué le premier but face à l'Autriche le 14 octobre 2009 lors d'un match de qualification pour la coupe du Monde 2010.
Karim Benzema a marqué le premier but face à l'Autriche le 14 octobre 2009 lors d'un match de qualification pour la coupe du Monde 2010. — C PLATIAU / REUTERS

Et si les Bleus s'étaient découvert de l'appétit en fin de repas? Après avoir frôlé la sortie de route durant toutes les qualifications, les hommes de Raymond se sont offert quelques gourmandises lors des derniers matchs: deux victoires et 8 buts marqués face aux Feroé et à l'Autriche. Pas mal pour une équipe au bord de l'indigestion il y a quelques jours...

>> Pour revivre le match, cliquez ici

Depuis la qualification de la Serbie, la revanche face à l'Autriche compte pour du beurre. Mais les Bleus ont su mettre leur grain de sel en offrant quelque chose de rare au stade de France. Un allant offensif capable de déclencher une ola après vingt minutes de jeu. Juste après l’ouverture du score de Benzema (17e) exactement, sur une tête plongeante catapultée à bout portant. Henry, sur penalty (22e), et Gignac, d’une frappe enroulée (66e), ont eux aussi réchauffé le public de Saint-Denis, pas vraiment traumatisé par le but de Janko (48e), la vigie des Autrichiens.


Rendez-vous les 14 et 18 novembre

 

Face à une équipe qui restera la seule à avoir battu la France dans cette campagne, il y a un peu plus d’un an, il fallait au moins cela pour satisfaire ces Bleus. A commencer par Raymond Domenech qui a toujours tout fait pour trouver un intérêt à ce match sans enjeu. Entretenir la dynamique offensive amorcée face aux Féroé et offrir du temps de jeu à ceux qui en ont le moins. Dans cette optique, seuls deux des titulaires de la balade de samedi – Govou et Henry – étaient présents au coup d’envoi. Autour d’eux se sont greffés les habituels remplaçants, dont Karim Benzema et le jeune Moussa Sissoko, assez discret pour sa première titularisation.

 

Les quatre défenseurs titulaires, tous sous le coup d’une suspension en cas de carton jaune, ont aussi suivi de loin cette rencontre des coiffeurs. Ils seront de retour les 14 et 18 novembre pour les deux matchs couperets. Des matchs où il s’agira d’entretenir la dynamique amorcée en Bretagne et au Stade de France. Avec un enjeu, cette fois.