Michel Platini: «La France n'a pas forcément une grande génération»

La rédaction sport

— 

Le président de l'UEFA, Michel Platini, s'est félicité samedi de la "vraie belle image" du football générée par l'Euro-2008, mais sait que cette fête ne durera pas, puisqu'il se rendra les 2 et 3 juillet en Pologne et en Ukraine pour se pencher sur le casse-tête de l'Euro-2012.
Le président de l'UEFA, Michel Platini, s'est félicité samedi de la "vraie belle image" du football générée par l'Euro-2008, mais sait que cette fête ne durera pas, puisqu'il se rendra les 2 et 3 juillet en Pologne et en Ukraine pour se pencher sur le casse-tête de l'Euro-2012. — Vincenzo Pinto AFP
Fonction oblige, il se voudrait neutre «mais personne ne (le) croit». Michel Platini ne se prive pas pour donner son avis sur l’Equipe de France. Interrogé par L’Equipe, le président de l’UEFA tempère l’optimisme ambiant concernant les chances des Bleus pour les barrages qualificatifs à la Coupe du Monde. «Ca ne va pas être facile. J’ai vu Slovénie-Slovaquie (0-2). Si c’est l’un de ses deux pays, ce sera compliqué. Avec les autres aussi d’ailleurs. L’Irlande, l’Ukraine, la Bosnie, ce sont des footballs qui montent et qui sont morts de faim», prévient-il.
 
«Le problème de Raymond, sa communication»

Dans la foulée, Michel Platini estime que l’équipe de France est encore en reconstruction: «Il faut que la France remonte une équipe. On n’a pas forcément une grande génération. D’autres pays, comme l’Italie, connaissent ça».
 
Et comme dans toute interview concernant les Bleus, l’ancien sélectionneur (1989-1992) n’a pas coupé à une question sur… Raymond Domenech. «Le problème de Raymond, ce n’est pas le football, mais sa communication. Raymond, on le connait, on sait comment il est… Mais ce n’est pas pour ça que l’équipe de France gagne ou pas des matchs». Une lapalissade peut-être, mais ça va mieux en le disant.