Revivez France-Autriche en live comme-à-la-maison à partir de 20h45

M.P. pour l'avant match

— 

Les attaquants français Thierry Henry (à droite) et André-Pierre Gignac, lors de leur victoire face aux iles Féroé, le 10 octobre 2009 à Guingamp.
Les attaquants français Thierry Henry (à droite) et André-Pierre Gignac, lors de leur victoire face aux iles Féroé, le 10 octobre 2009 à Guingamp. — F.Fife/AFP
AVANT-MATCH

L'Autriche, une petite équipe, un gros bug pour l'équipe de France. C'était le 6 septembre 2008. Deux bons coups de pied arrêtés, un Mexès méconnaissable, et déjà certains brandissent l'horrible statistique: jamais la France ne s'est qualifiée en Coupe du monde après avoir perdu son premier match en éliminatoires.

>>Suivez France-Autriche en live comme-à-la-maison sur 20minutes.fr, à partir de 20h45. Munissez-vous de chips, de bière pour ce match de gala…

Depuis? «Un an» s'est écoulé rappelle Raymond Domenech avec sa facétie légendaire. «Une équipe en un an, ça grandit, ça progresse, ça mûrit, assure le sélectionneur. Toutes les équipes qui ont le talent, qui ont de la qualité et de l’envie progressent forcément.» Un an de victoires insignifiantes (contre la Lituanie ou aux Îles Féroé), de beaux nuls (le «miracle» de Constanta face à la Roumanie, le 1-1 obtenu à 10 contre 11 en Serbie), de polémiques (l'affaire Henry, les propos de Benzema). Alors oui, l'équipe de France a fait du chemin et, demi-miracle, elle n'est pas morte.

Ce soir, la phase des poules s'achève avec un beau cadeau pour les Bleus. L'occasion de rencontrer à nouveau l'équipe qui lui a causé tant de tourments. Certes, il faut gérer la fatigue, les cartons, donner du temps de jeu. Certes, l'enjeu est presque nul puisque les barrages sont la voie qui attend les Bleus. Mais l'équipe de France doit s'imposer. Pour elle et pour son public. Montrer que la belle victoire contre les Féroé, elle le doit à son talent. Et montrer que justement ce talent, c'est ce qui la sépare de l'Autriche.