Et si Marseille avait raté son recrutement?

FOOT Les nouveaux joueurs de l'OM déçoivent...

Jérémy Tordjman à Marseille

— 

 Les deux Marseillais et ex-Madrilènes, Fernando Morientes (à gauche) et Gabriel Heinze, peuvent être dépités, l'OM a sombré face au Real Madrid (3-0), le 30 septembre 2009
 Les deux Marseillais et ex-Madrilènes, Fernando Morientes (à gauche) et Gabriel Heinze, peuvent être dépités, l'OM a sombré face au Real Madrid (3-0), le 30 septembre 2009 — P.Hanna/REUTERS

Les dirigeants olympiens auraient-ils acheté du toc cet été? Après avoir investi environ 40 millions d'euros pour engager des joueurs à prix d'or, Marseille a vu son recrutement estival qualifier d'exceptionnel par tous les observateurs. Avant la reprise de la L1, José Anigo, le directeur sportif de l'OM, avouait même qu'il s'agissait de «la plus belle équipe» qu'il ait eu à construire depuis son intronisation en 2005. Pour quels résultats? Quatre victoires, deux nuls, une défaite et six points de retard sur le leader, Lyon, après huit journées de Ligue 1, et deux défaites en autant de rencontres de Ligue des champions.

Outre l'aspect comptable, c'est le jeu proposé par l'OM et la forme de ses recrues qui laissent sceptiques. Souleymane Diawara et Gabriel Heinze ont montré des signes de faiblesse ces derniers jours, Stéphane Mbia est miné par les blessures, Lucho Gonzalez peine à trouver ses marques et Fernando Morientes, qui a débuté les trois derniers matchs (pour autant de défaites), est toujours à court de forme. « Je suis convaincu du potentiel individuel et collectif de cette équipe », assurait pourtant Didier Deschamps après la défaite contre Monaco (1-2), dimanche.

Heureusement, il y a les anciens
 

En réalité, les seules satisfactions de ce début de saison viennent des anciens. Et même du plus ancien, puisque Mamadou Niang, au club depuis 2005, réussit sa meilleure entame de championnat sous le maillot olympien, avec six buts en huit matchs. Benoît Cheyrou et Brandao, font également partie des pièces maîtresses de l'équipe de DD. Quand ils vont moins bien ou quand ils ne sont pas là, l'OM ne gagne pas.

Enfin, l'un des rares points positifs de la défaite de dimanche a été l'apport d'Hatem Ben Arfa, titularisé cette fois, et de Mathieu Valbuena, entré à la mi-temps. Tous deux mériteraient d'avoir leur chance plus souvent. Ce qui supposerait que Didier Deschamps revoit ses principes et son organisation de jeu pour les intégrer. Ben Arfa semble être ainsi plus performant dans un rôle d'électron libre, alors que Valbuena aime déborder sur les ailes, une lacune flagrante depuis le début de saison. L'OM pourrait ainsi trouver son salut grâce à ses anciens. Le temps de permettre aux nouveaux de s'adapter.