Equipe de France: pour oublier les barrages, les Bleus jouent les crâneurs

FOOTBALL Séance de motivation à Clairefontaine...

M. Go.

— 

Raymond Domenech lors d'une conférence de presse à Paris, le 1er octobre 2009.
Raymond Domenech lors d'une conférence de presse à Paris, le 1er octobre 2009. — AFP PHOTO / BORIS HORVAT

Des barrages? Quels barrages? Exercice de haute voltige cette semaine pour Raymond Domenech. Alors que les Bleus se sont envolés pour Guingamp mardi à 19 heures, le staff technique ne redoute qu’une seule chose: que les joueurs négligent les deux derniers matchs des qualifications, déjà trop occupés à lorgner sur le match des barrages. «Attendez, ce n'est pas sûr que les Serbes battent les Roumains: s’ils font match nul, tout se jouera sur le dernier match, a souligné Raymond Domenech dans sa désormais traditionnelle chronique vidéo diffusée sur le site de la Fédération française de football. Il faut marquer le plus de buts possibles pour le goal average.» La semaine dernière Raymond avait prévenu avant de présenter sa liste: «Ras le bol qu’on me parle des barrages!»



France-Îles Féroé sera à suivre en live comme-à-la-maison samedi soir

>> Pour lire l’interview de Gaël Clichy, cliquez ici


>> Pour lire l’interview de Hugo Lloris, cliquez ici


Même état d’esprit à Clairefontaine depuis lundi. Puisqu’une qualification directe est encore possible (il faudrait pour cela que la Serbie ne gagne aucun de ces deux derniers matchs), le coach a focalisé les attentions en tenant un discours offensif devant ses joueurs au cours d’une causerie. Un message qui fait son petit bout de chemin. «Il faut y croire, a ainsi affirmé le gardien Hugo Lloris, qui sera suspendu contre les Féroé après son exclusion en Serbie (1-1), le 9 septembre. Il faut jouer les deux matchs à fond et dans un premier temps, il faut faire le travail contre les Féroé et mettre la pression contre la Serbie qui sera obligée d'au moins gagner un match.»


Pas facile pourtant de se motiver pour jouer les Féroé et l’Autriche quand il y a neuf chances sur dix pour que ces deux rencontres ne servent à rien (déjà que d’habitude…) Du coup, comme une bande de poussins un peu crâneurs, les Bleus se sont lancé un petit défi: prendre une revanche sur l’Autriche (qui avait battu la France 3-1 à Vienne) mais d'abord écraser les îliens samedi. Histoire d’effacer le piètre 1-0 glané au match aller et de montrer qui est le patron. «Avec les joueurs que l'équipe de France possède, bien sûr que les Îles Féroé est une petite équipe», a lancé Gaël Clichy. Un discours qui tranche avec le convenu «il n’y a plus de petites équipes» qui hante les salons de Clairefontaine depuis des années. Il faudra pour cela être plus efficace que lors des cinq dernières sorties (cinq buts). Sans Thierry Henry, Yoann Gourcuff et Franck Ribéry.

 

Chassez le naturel…


Difficile pourtant d’oublier ces foutus barrages que les Bleus vont sans doute disputer. Il faut juste gratter un peu le vernis de méthode Coué. «Bien sûr que je me renseigne. Je sais très bien que l’on peut encore tomber sur un gros comme la Croatie ou le Portugal, balance Gaël Clichy qui ne nie pas l’angoisse qui étreint les Bleus à chaque fois qu’ils foulent la pelouse. On est en train de jouer une qualification à la Coupe du monde. C'est pareil pour vous (il s'adresse aux journalistes, ndlr). Vous appréhendez avant une échéance professionnelle importante. Nous sommes dans cette situation. Nous sommes un peu freinés par la pression des qualifications. Et ça sera encore pire si l'on doit jouer des barrages.» Bizarrement, mardi à Clairefontaine, personne n’a évoqué la possibilité d’une élimination directe. Pourtant encore possible.


Scénarios

Même si elle n’a plus son destin entre les mains, les Bleus peuvent encore se qualifier directement. Par exemple si les Serbes font deux nuls et si la France gagne ces deux matchs, la première place de la poule se jouera alors à la différence de buts. Par contre, si la Serbie gagne un de ses deux derniers matchs, elle est qualifiée directement, quoi que fasse la France, qui sera condamnée aux barrages. Les Bleus peuvent également être éliminés directement s'ils perdent leur deux derniers match et que l'Autriche gagne contre la Lituanie et au Stade de France mercredi 14 octobre.

Le classement est ici