Perquisition à l'OM dans le cadre du transfert de Ribéry

FOOT Son passage de Galatasaray à Marseille pose toujours problème...

La rédaction sport

— 

"Le dernier nom qu'on a mis, c'est Franck Ribéry. C'est pas qu'on hésitait, mais quand on fait une liste, on commence par les gardiens de but et on finit par les attaquants, et le dernier attaquant que j'ai mis, c'est Franck Ribéry", explique le sélectionneur.
"Le dernier nom qu'on a mis, c'est Franck Ribéry. C'est pas qu'on hésitait, mais quand on fait une liste, on commence par les gardiens de but et on finit par les attaquants, et le dernier attaquant que j'ai mis, c'est Franck Ribéry", explique le sélectionneur. — Michel Gangné AFP

Sale semaine pour Franck Ribéry. Blessé et forfait avec les Bleus, le milieu du Bayern Munich voit aussi l’affaire de son transfert de Galatasaray à Marseille en 2005, resurgir. Mardi matin, la brigade financière de la police judiciaire a perquisitionné au siège de l’OM et saisi des documents concernant ce transfert.  Une perquisition qui entre dans le cadre du différent qui oppose le joueur à son ancien agent, Bruno Heiderscheid. L’agent, qui réclame une partie de sa commission à Ribéry, accuse l’ancien président Marseillais, Pape Diouf, de «faux et usage de faux». En avril, le Tribunal arbitral du sport avait condamné Heiderscheid à payer 600.000 euros à Ribéry qui s’appuyait sur des documents produits par Diouf et le secrétaire général du club, Julien Fournier.