Lille accusé d'espionnage et d'influence sur arbitre

FOOTBALL Boulogne-sur-Mer a monté un dossier contre son voisin...

A Lille, Antoine Maes

— 

Rudi Garcia, l'entraîneur du Losc, a imposé à son équipe un rythme de travail soutenu.
Rudi Garcia, l'entraîneur du Losc, a imposé à son équipe un rythme de travail soutenu. — C. DHALLUIN / 20 MINUTES

Si John Le Carré, maître du roman d’espionnage, voulait prendre le football comme décor pour sa prochaine œuvre, il pourrait très bien décider de venir chercher l’inspiration dans le Nord-Pas-de-Calais. Dimanche, le Losc est allé gagner à Boulogne-sur-Mer (2-3). Une victoire qui fait un bien fou au classement, mais qui restera entachée d'une grosse polémique. Le derby s'est en effet poursuivit en dehors du terrain. En cause, l'attitude de Rudi Garcia, coupable d'être entré dans le vestiaire des arbitres à la mi-temps (le score est alors de 2-1 pour Boulogne). Exactement ce qui était reproché à Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, il y a quinze jours après PSG-Lyon (1-1), et qui avait déclenché une énorme polémique médiatique.

«Je trouve l'attitude des Lillois assez choquante»

«A la pause, quelqu'un du Losc faisait le guet devant le vestiaire des arbitres. On était deux de Boulogne, mais on ne nous a pas reconnus. Cette personne a alors prévenu Rudi Garcia qu'il n'y avait personne, et qu'il pouvait y aller. On est tout de suite allé chercher le délégué. Au niveau déontologique, c'est assez curieux, et je trouve l'attitude des Lillois assez choquante», accuse Bruno Dupuis, le directeur sportif boulonnais.

Le coach lillois est bien entré dans le vestiaire des hommes en noir, mais n'a pas eu le temps de parler avec Pascal Viléo, qui officiait lors du derby, puisque le délégué du match l'a mis dehors. Une information qui figure bien dans le rapport du match, mais qui n'a pas poussé l'état-major des Dogues à réagir. «Le club ne polémiquera pas. Il n'y a que Rudi qui peut répondre, c'est lui qui est concerné», nous a expliqué dimanche, Frédéric Paquet, le directeur général adjoint lillois. Mais, le coach lillois n'a pas souhaité s'expliquer, malgré nos appels.

«Qu'ils commencent par être professionnels»

En attendant, c'est Frédéric Bompard, qui se charge de sa défense. «Avec tout ce qu'on a à faire en 15 minutes à la mi-temps, je ne vois pas comment il aurait trouvé le temps», explique son adjoint. Et si on y regarde de plus près, l'arbitrage de M. Viléo lors de la 2e période ne souffre pas vraiment de contestation. Comme la supériorité des coéquipiers d'Adil Rami dans le jeu, ce que ne nie pas Laurent Guyot, l'entraîneur boulonnais. Mais la démarche, elle interpelle.

D'autant que la petite histoire de ce derby ne s'arrête pas là. L'USBCO se plaint en effet de l'intrusion de l'intendant du Losc dans le vestiaire boulonnais avant la rencontre. Pour espionner, selon les «Rouges et Noirs», puisque les schémas tactiques du promu de la Côte d'Opale étaient accrochés aux murs. «Pour aller chercher des ballons, répond Frédéric Bompard, l'adjoint de Rudi Garcia. Je m'occupe de l'échauffement des gardiens avec Jean-Pierre Mottet, et je frappais dans des ballons dégonflés. Qu'ils commencent par être professionnels... L'espionnage? Quand on a la feuille de match, il ne faut pas être sorti de Saint-Cyr pour comprendre qu'ils vont jouer à cinq derrière», poursuit Bompard. Pour information, le match retour se déroulera le 13 février 2010. Et ça devrait valoir le déplacement.