Frau fait encore gagner Lille... Toulouse n'y arrive plus...

FOOTBALL Tout ce qu'il faut retenir de la 8e journée de L1...

M.P.

— 

Le joueur de Lille, Pierre-Alain Frau, lors d'un match de L1 contre Nancy, le 9 août 2008.
Le joueur de Lille, Pierre-Alain Frau, lors d'un match de L1 contre Nancy, le 9 août 2008. — P.Emile/SIPA

Les résultats de la 8e journée


Le classement complet de la Ligue 1 est ici…

Les matchs de samedi 3 octobre:

Saint Etienne 3–1 Bordeaux: Fernandez (9'), Ilan (30'), Jussiê (69', sp), Payet (90'+4)
Grenoble 2–3 Montpellier: Montano (3'), Dzodic (12e, 49'), Ljuboja (47'), Dieuze (90'+1)
Rennes 0–1 Auxerre: Pedretti (17')
Paris-Saint-Germain 1–1 Nancy: Hadji (14'), Sessegnon (18')
Sochaux 1–0 Le Mans: Martin (78')
Nice 3–2 Valenciennes: Samassa (40', sp), Sanchez (51'), Ben Saada (68'), Echouafni (73'), Ducourtioux (77', csc)
Lens 0 – 2 Lyon: Govou (7'), Kallstrom (78')
Toulouse – Lorient 0-1:  Monterubio (89')
Boulogne-sur-Mer – Lille:  2-3: Dembélé (32'), Blayac (45+2) - Gervinho (42') Frau (51 et 57')
Marseille-Monaco: 1-2

Les résultats à suivre sur 20 minutes.fr dès 19 heures



Un match à vivre en live comme-à-la-maison ici


Et «PAF» le buteur

Remplaçant à Lyon, dépressif à Paris, en perdition à Lens; Pierre Alain-Frau a eu son lot de saisons pourries depuis son départ de Sochaux. A 29 ans, l’attaquant retrouve enfin le sourire et la réussite à Lille. Son doublé permet au Losc de s’imposer à Boulogne-sur-Mer (2-3). Avec quatre buts en quatre matchs, «PAF» est l’homme en forme de cette Ligue 1. Qui l’aurait crû?

L’attaquant dans le doute

Frau qui rit et Gignac qui doute. Contre son ancien club, l’attaquant toulousain a encore beaucoup essayé et encore beaucoup raté. André-Pierre Gignac courre après un deuxième but en Ligue 1 depuis la deuxième journée. Et comme rien ne va à Toulouse (qui encore rendu hommage à Brice Taton), c’est la main d’Etienne Didot qui donne le pénalty de la victoire à Lorient dans les dernières minutes.

La perf du soir

Saint-Etienne est bien de retour. Après trois défaites consécutives en début de saison, les Stéphanois semblaient repartis pour une saison galère. Mais l’arrivée du duo argentin Augusto-Bergessio a transformé la formation d’Alain Perrin. Il leur manquait un match référence, le voici. Certes, Bordeaux n’était pas au mieux avec un Gourcuff blessé et plusieurs titulaires ménagés, mais il est certain que Laurent Blanc tenait à sa série de vingt-deux matchs sans défaite. «Il ne faut pas se cacher derrière le calendrier. Saint-Etienne avait plus d'envie et de fraîcheur physique.» Les Girondins ont surtout rencontré la paire sud-américaine qui a ébloui la rencontre de son talent. Augusto buteur, Bergessio passeur, un bon apport défensif. Rien à jeter dans ces recrues.

 

L’injustice à moitié réparée

Guillaume Loriot n’avait pas mis la main, mais l’arbitre en décida autrement. Problème, il se trouvait dans sa surface de réparation. Le Manceau vint expliquer son point de vue à l’homme en noir. Bilan, penalty et carton rouge. Ca fait cher payé pour une main imaginaire. Mais sur le penalty, le gardien manceau Ovono détourne la frappe de Sverkos. Il y a une justice. Ou presque. Les Sochaliens profitent de leur supériorité numérique pour battre Le Mans. «Aujourd'hui, c'est l'arbitre qui a gagné le match», peste Paulo Duarte. Mais il aurait dû prévenir ses joueurs: provoquer un penalty, c’est grave, prendre un rouge, c’est pire.

L’équipe qui fait monter les stats de L1

Les Valenciennois aiment les buts. Du coup, quand ils ne peuvent pas les mettre eux-mêmes, ils les concèdent à leurs adversaires. Face à Nice, Valenciennes mènent 2-0, avant de se faire remonter puis dépasser en dix minutes, avec notamment un but contre son camp de Ducourtioux. Avec 15 buts inscrits et 15 buts encaissés depuis le début de saison, Valenciennes est à la fois la deuxième meilleure attaque et la dix-huitième défense du championnat. Frédéric Thiriez aurait-il investi les hommes de Philippe Montanier d’une mission?

Le chiffre du soir

C’est la huitième défaite de Grenoble en autant de match depuis le début de la saison. Pour le GF38, les rencontres se ressemblent. Comme face à Marseille, Lens et Rennes, les hommes de Mécha Bazdarevic encaissent un but dans les toutes premières minutes. Ensuite, tout devient beaucoup plus compliqué. Daniel Ljuboja marque bien son troisième but de la saison et Nicolas Dieuze ouvre son compteur but, mais il est déjà trop tard. Bonne nouvelle cependant pour les joueurs et l’entraîneur grenoblois, le directeur général du club, Pierre Wantiez, a déclaré dans la semaine qu’il souhaitait un maximum de stabilité. Peut-être rêve-t-il secrètement d'améliorer la plus longue série de défaites consécutives (11) en L1 réalisé par Strasbourg. «On n’a pas envie de battre d’autres tristes records», jure pourtant Laurent Batlles.