La FFF et Sportive condamnées à une amende de 6,9 millions d'euros

FOOT Les droits marketings de la fédération remis en cause...

A.P.

— 

 Le siège de la Fédération française de football, à Paris le 3 juillet 2008.
 Le siège de la Fédération française de football, à Paris le 3 juillet 2008. — E.Gaillard / REUTERS

Mauvaise nouvelle pour la Fédération française de football. L’Autorité de la concurrence vient de sanctionner la FFF et la société Sportive à une amende solidaire de 6,9 millions d’euros. L’autorité reproche à la FFF et à la société de «de s'être entendues afin d'éliminer toute concurrence dans la commercialisation des droits marketing de la Fédération». L'amende de la 3F s'élève à 900.000 euros et celle de Sportfive à 6 millions d'euros.

L’autorité remet plus particulièrement en cause des «des accords exclusifs de très longue durée sans appel à la concurrence». La fédération est accusée d’avoir soustrait à la concurrence des contrats concernant l’Equipe de France et la Coupe de France  sur une période de 1985 à 2002. Toujours selon l’autorité, la FFF et la société Sportive se seraient ainsi concertées pour empêcher Havas Sports d’obtenir des informations lors d’un appel d’offre en 2001.

Le président de la FFF Jean-Pierre Escalettes estime que cette sanction met «fin à une affaire qui commençait à (l)'insupporter». Sauf surprise, la fédération ne devrait donc pas remettre en cause sa sanction. «Si la justice a condamné ces pratiques, c'est qu'elles étaient condamnables», estime Escalettes.