Revivez Bordeaux - Maccabi Haïfa en live comme-à-la-maison

A.P. pour le live (Rémi Bostsarron pour l'avant-match)

— 

Bordeaux - Maccabi Haïfa: 0-0

Pour rafraîchir cliquer ici
93e: C'est fini. Bordeaux a souffert - et pas qu'un peu - mais a fini par trouver la faille sur corner après une tête de Ciani. Avec quatre points en deux matchs, les hommes de Laurent Blanc sont plus que jamais dans la course à la qualification dans ce groupe A. La seule mauvaise nouvelle vient de la sortie sur blessure de Gourcuff, qui se ressent des adducteurs.
90e: Les Israeliens continuent à casser. Mais on se doit quand-même de dire que Chamakh aurait mérité un rouge en première mi-temps.
88e: Les esprits s'échauffent. Kayal péte un câble et écope d'un rouge pour un attentat sur Trémoulinas.
85e: Plus c'est long, plus c'est bon comme dirait l'autre.
82e: CIANI!!!! La minute Basile Boli du défenseur qui délivre Bordeaux de la tête. YES!!!!
80e: Carrasso sauve la maison bordelaise. On se croirait revenu un soir de novembre 93 au Parc des Princes.
78e: Le Maccabi n'était pas loin du hold-up.  Heuresement, Carasso était sur la trajectoire.
77e: D'après les premières nouvelles, Gourcuff se plaint des adducteurs.
75e: Sertic remplace cette imposture de Plasil. Bordeaux est quand-même en train de faire une très mauvaise expérience.
71e: C'est pas possible!!!! Bellion n'est pas foutu de pousser un ballon dans des buts à deux mètres.
69e: Quand on voit son match, on comprend mieux pourquoi Plasil est passé par Créteil.
67e: Arrêtez de regarder TF1 ou de suivre  le live Real-OM, le suspens est ici maintenant.
65e: Marouane, si tu arrives enfin à concrétiser une de tes occases, on veut bien oublier ta coupe Tony&Guy.
62e: Il n'y a pas à dire, le Maccabi défend bien. En même temps avec un Teixera dans l'axe c'est toujours plus facile de bétonner.
60e:   Cavenaghi est remplacé par David Bellion. Pourquoi pas...
58e: Et pendant ce temps, Ronaldo ouvre le score pour le Real face à l'OM. S'il pouvait marquer de temps en temps avec le Portugal l'autre ingrat, ça serait sympa.
56e: Plasil oublie Wendel tout seul à gauche. Un Wendel à gauche, ça surprend toujours à première vue.
53e: Je crois qu'on va commencer à sérieusement s'inquiéter? Pas vous?
50e: Ouf! Carasso se troue dans les grandes largeurs sur cette sortie aérienne. Heuresement, Pipo Inzaghi est chez sa mère et aucun joueur du Maccabi traîne pour pousser le ballon au fond.
47e: Commentaire de Mémé Jacquet après la sortie de Gourcuff: "C'est la vie". On a toujours besoin d'un sage pour nous aider à tenir le coup.
45e: Gourcuff est sorti! Fernando le remplace. Je crains que la fin du monde soit proche sans notre astre du Morbihan, dont on ignore quoi il souffre.
46e: Cavenaghi tu es la maillon faible. Le centre de Chalmé était parfait, mais l'Argentin se déchire sur sa reprise. Et c'est la mi-tems. Blanc va tirer des oreilles et ça sera mérité.
45e: Quand on voit le match de Cavenaghi, on comprend mieux pourquoi Laurent Blanc ne lui fait pas toujours confiance en Ligue des champion.
43e: C'est terrible. Yoann Gourcuff est hanté par le fantôme de la frappe de Vikash Dhorasoo. Désolé Vikash.
40e:  pour Planus. Les Bordelais s'énervent et déchargent leur frustration sur les tibias adverses.
38e: ON SE BOUGE BORDEAUX!!!!
37e: Et si on disait du mal de Plasil histoire qu'il nous fasse mentir en ouvrant le score?
35e: Les joueurs du Maccabi sont surnommés "les Verts". Mais à la différence de ceux du Forez, ils ont une défense et un gardien de plus d' 1m70.
30e: On déconne, on déconne, mais le Maccabi tient tête à Bordeaux et se montre même dangereux sur corner. On commence à mal le sentir ce match.
26e: Qu'a dit l'Israelien à Chamalkh pour qu'il nous fasse une Zidane? 1) C'est ta soeur qui te coiffe? 2) Gourcuff demande à ce que tu lui rendes son mascara 3) Ca te dit pas de faire une saison à plus de 10 buts?
24e: Chamakh!!!! On ne l'avait pas vu en direct, mais l'attaquant des Girondins s'est pris pour Jack La Motta avec un défenseur du Maccabi. Ca valait le rouge! A force de traîner avec Jurietti, voilà ce qui arrive.
20e: Grande classe ce retour de Ciani alors que que Gadir filait au but. Bordeaux a fait une bonne pioche avec l'ancien de Lorient.
18e: Bordeaux cherche l'ouverture. Mais pour l'instant, c'est fermé à double-tour.
16e: Merci Kriek. Mais je pensais à des infos plus détaillés sur les joueurs. Qui il faut suivre? Qui a les pieds carrès? Le père de Teixera est-il maçon?
14e: Même 15 ans après, les filles continuent à fantasmer sur Lizarazu pendant les matchs de Bordeaux.  Allez savoir pourquoi...
12e: Tête de Gourcuff... C'est raté. Tel père, tel fils doit penser Antoine Kombouaré calé dans son canapé en cuir.
9e: Les Israeliens font le mur devant leur but. Bordeaux va devoir faire preuve de patience. Comme dirait Mémé Jacquet "Il faut prendre son temps".
5e: Ca y est! Bordeaux met la pression. Gourcuff prend les choses en main et Trémoulinas déboule déjà sur son côté gauche.
3e: Un début d'occasion pour le Maccabi, mais Ciani parvient à dégager. On va être honnête, on connait personne du côté d'Haifa. Si jamais vous avez des infos...
1er: C'est parti à Chaban-Delmas. Blanc a décidé d'aligner deux attaquants pour une fois en Ligue des champions. Cavaneghi ne tire pas la gueule sur la tête.
20H41: Patek, il faut toujours se méfier d'une équipe israelienne. Il suffit de demander aux Bleus de 93 ou au PSG de l'époque Giresse-Bietry piégé en Coupe UEFA par ce même Macabi en 1998.
20h38: Si vous préférez le charme discret des Girondins à Real-OM, ça se passe par ici.

AVANT-MATCH

Les Bordelais
n'ont pas le choix : ils doivent gagner, ce soir, face au Maccabi Haïfa. Ainsi l'impose la configuration de leur groupe de Ligue des champions, dont ils s'apprêtent à disputer la deuxième journée. «Haïfa cette saison, c'est comme Cluj l'an passé, affirme Laurent Blanc. Ils sont, comme nous, les outsiders de ce groupe derrière la Juventus Turin et le Bayern Munich. On doit donc prendre des points contre eux. C'est le match le plus important.» «Il faut bonifier le bon point pris à Turin (1-1)», ajoute Alou Diarra. Sur le papier, la mission paraît largement à la portée des champions de France, même si Gouffran, Fernando et Ciani, touchés dimanche contre Rennes, sont encore incertains.


Petits et pas trop costauds

Mais que savent vraiment les Marine et Blanc du champion d'Israël, surtout connu dans l'Hexagone pour sa victoire au premier tour de la Coupe des Coupes 1998 contre le PSG (1-1, 2-3) ? «Ils développent un jeu qui correspond à leur profil: ce sont généralement des joueurs petits, vifs, bons techniquement, mais pas impressionnants physiquement», détaille Laurent Blanc, qui sait que ses explications joueront un rôle essentiel pour éviter un match piège à son équipe, peu connaisseuse du football israélien. « Quand on rencontre la Juve ou le Bayern, on connaît déjà les joueurs et le style de jeu, souligne-t-il. Le Maccabi, ça demande plus d'attention de la part du staff et aussi un temps de prévention plus long auprès des joueurs.» La saison passée, la faible notoriété du champion de Roumanie n'avait pas empêché les Girondins de le dominer à l'aller (1-0) comme au retour (1-2). 

Soyez avec nous à partir de 20h45 pour suivre cette rencontre. On s'occupe du live et on compte sur vos fines analyses (ou pas) dans les commentaires...