un festival hongrois des lumières lyonnaises

Stéphane Marteau

— 

Du travail de pro. L'OL a fait valoir son expérience européenne, hier, à Budapest, face au Petit Poucet de la Ligue des champions, Debrecen. Les Lyonnais se sont largement imposés (0-4) aux dépens du champion de Hongrie qui avait pourtant offert une belle résistance à Liverpool (1-0), il y a deux semaines. La formation de Claude Puel a tué le match avant même la demi-heure de jeu atteinte sur le score de 0 à 3. Avec six points engrangés en deux matchs, l'OL, leader du groupe E, s'est placé dans les meilleures dispositions avant sa double confrontation avec Liverpool, le 20 octobre à Anfield et le 4 novembre à Gerland.

Juninho parti, le club rhodanien s'est trouvé un nouveau spécialiste des coups de pieds arrêtés en la personne de Miralem Pjanic. Le Bosniaque a en effet été impliqué sur les trois premiers buts. Deux de ses corners tirés de la gauche ont été repris victorieusement par Kim Källström (3e) et Sidney Govou (24e). Entre-temps, le meneur de jeu lyonnais a inscrit un coup franc magistral (13e), lui qui en avait déjà transformé un à Gerland face à Anderlecht lors du barrage aller (5-1). Les Hongrois ont dû attendre l'entrée en jeu de l'ancien Nancéen Rudolf en seconde période pour se montrer un peu plus entreprenants. Mais l'OL a corsé l'addition par Bafé Gomis (51e), auteur de son septième but de la saison, toutes compétitions confondues. Dès lors, Claude Puel a pu ménager certains éléments en prévision du déplacement à Lens, samedi. Ainsi, Ederson, Timothée Kolodziejczak et Maxime Gonalons ont remplacé respectivement Gomis, Cissokho et Pjanic, ce dernier étant touché aux adducteurs, le mal lyonnais en ce début d'automne. W