Bordeaux tout en maîtrise

FOOTBALL Les Girondins n'égarent pas de points en route...

Sylvain Bouchon (à Bordeaux)

— 

 Yoann Gourcuff lors du Trophée des Champions disputé le 25 juillet 2009 à Montréal.
 Yoann Gourcuff lors du Trophée des Champions disputé le 25 juillet 2009 à Montréal. — VEFFIA/SIPA

Les Girondins ont passé sans encombre l’obstacle rennais à l’occasion du dernier match de la 7e journée de Ligue 1. Une victoire (1-0) qui permet au champion en titre de conserver son invincibilité et sa première place au classement, avec deux points d’avance sur l’Olympique lyonnais.

Face à une formation bretonne jusque-là invaincue et cinquième au coup d’envoi,  la maturité technique et collective des hommes de Laurent Blanc fait rapidement la différence. Prenant à la gorge leurs adversaires, les Girondins se créent six occasions dans les dix premières minutes et ouvrent le score à la 25e minute de jeu sur un caviar de Benoît Tremoulinas repris de la tête par Wendel. Les Bretons, emmenés par un Gyan très remuant et un trident de milieux offensifs qui parvient à jouer entre les lignes en première mi-temps, tentent de réagir. Sylvain Marveaux trouve la barre avant la pause et Gyan echoue à six mètres suite à une bévue de Ciani.

Blanc économise les forces

Pour le reste, le collectif bordelais récite une partition maintes fois répétée à domicile - les Bordelais sont invaincus depuis 36 matches au stade Chaban-Delmas. Le pressing d’Alou Diarra et de Jaroslav Plasil impose un défi physique que les Bretons ont toutes les peines du monde à relever. Marc Planus, impeccable dans le placement défensif, contrecarre toutes les velléités du remuant avant-centre rennais Gyan Asamoah. Les Bordelais étouffent leurs adversaires et continuent de dominer territorialement. Face à son club formateur, Yoann Gourcuff tente beaucoup, en témoigne ce une-deux en talonnades avec Marouane Chamak dans la surface rennaise (40e), et harangue des tribunes toutes acquises à sa cause.

En seconde période, les incursions rennaises se font rares.Gouffran (60e), Wendel  (65e), et Bellion (86e), sont tout prêts de corser l’addition. Les Rennais poussent en fin de partie mais manquent de précision dans la dernière passe. Laurent Blanc se paye même le luxe d’économiser Wendel et Plasil, remplacés à l’heure de jeu, et Gourcuff, un quart d’heure plus tard, dans l’optique de la réception du Maccabi Haïfa mercredi lors de la deuxième journée de Ligue des Champions. Un nouveau match à Chaban-Delmas pour une victoire de plus?