Karim Benzema ne se plait pas chez les Bleus

FOOTBALL L'ancien Lyonnais reconnaît qu'il n'est pas en phase avec Raymond Domenech...

M.P.

— 

 French srtiker Karim Benzema (R) runs with the ball as Uruguayan midfielder Martin Caceres tries to catch him during their friendly football match France versus Uruguay on November 19, 2008 at the Stade de France in Saint-Denis, near Paris. AFP PHOTO/PATRICK KOVARIK
 French srtiker Karim Benzema (R) runs with the ball as Uruguayan midfielder Martin Caceres tries to catch him during their friendly football match France versus Uruguay on November 19, 2008 at the Stade de France in Saint-Denis, near Paris. AFP PHOTO/PATRICK KOVARIK — AFP PHOTO/PATRICK KOVARIK

Karim Benzema serait-il le nouvel Eric Cantona? Demi-dieu en club et joueur maudit en équipe nationale. Après son doublé du week-end avec le Real face à Tenerife (3-0), l’ex-Lyonnais est venu s’épancher devant les caméras de Téléfoot. «En club, ça se passe bien mais en équipe de France, je ne sais pas, ça ne se passe pas bien, explique-t-il. Je ne joue pas pareil, je ne suis pas trop en confiance. Sur la rentrée dernière [il remplaça Gourcuff à la 73e minute face à la Roumanie, le 5 septembre], j’étais tellement déçu que je n’avais pas forcément envie de jouer, envie de tout donner». Evidemment, face à des Roumains morts de faim, ne pas tout donner n’est pas suffisant pour faire la différence.

Mais résumons la situation. D’un côté, nous avons une équipe de France en mal d’attaque, avec un but inscrit seulement lors de chacun des cinq derniers matchs de qualifications au Mondial 2010. De l’autre, se trouve Karim Benzema, auteur d’une belle pré-saison avec le Real et de trois buts en quatre matchs de championnat avec les Merengue, mais de seulement six buts en 25 sélections nationales. L’équation est-elle si insoluble?

Ou bien, Benzema, serait-il en passe de rejoindre la longue liste des rejets de Domenech? Le Madrilène ne souhaite pas entrer dans la polémique avec le sélectionneur: «De mon côté, je n’ai aucun problème avec lui. Il faut lui demander s’il a un problème avec moi.» Le joueur est même prêt à reconnaître ses fautes avec les Bleus: «Quand il faut percuter, je donne la balle et quand il faut donner la balle, je percute. (…) Même sur 5 minutes, je sais que je suis capable de faire la différence». Un espoir donc pour celui qui ne fait figure que de doublure de Thierry Henry, voire d’André-Pierre Gignac.