Le PSG va savoir s'il a de la réserve

FOOT Antoine Kombouaré donne sa chance mardi à ses remplaçants contre Boulogne-sur-Mer en Coupe de la Ligue...

R.S.

— 

Lyon a remporté la 90e Coupe de France de football en battant le Paris SG 1-0 a.p., samedi au Stade de France, et réussi son premier doublé Coupe-Championnat.
Lyon a remporté la 90e Coupe de France de football en battant le Paris SG 1-0 a.p., samedi au Stade de France, et réussi son premier doublé Coupe-Championnat. — Patrick Hertzog AFP

Préparer l’avenir, faire souffler ses cadres, et donner un peu de temps de jeu à certains exclus de l’équipe type. Antoine Kombouaré a l’embarras du choix lorsqu’il s’agit de trouver un intérêt caché à ce déplacement à Boulogne-sur-Mer. Pour ne rien changer aux habitudes maison, ce PSG se rend dans le Nord avec l’ambition de faire respecter sa réputation d’équipe de coupe. L’armoire à trophées du club est là pour le prouver, Paris est l’un des rares clubs où on n’a jamais abordé la Coupe de la Ligue comme une compétition au rabais.

Et quand l’échéance approche, «il y a même une plus grosse tension qu'en championnat, glisse le nouveau coach du PSG. Parce qu'on ne peut pas se rattraper après, c'est marche ou crève». Trois jours après le nul concédé dans les dernières minutes face à Lyon (1-1), Antoine Kombouaré attend donc la même implication et le même engagement de la part de ses joueurs face au promu boulonnais.  

Makelele ne peut plus aligne «trois matchs en une semaine»

Comme Paul Le Guen en son temps, Antoine Kombouaré a décidé de faire tourner. Toujours privé de Sessegnon, à qui il reste un match de suspension à purger, Paris devrait débuter avec son gardien remplaçant, Apoula Edel, tapis depuis le début de saison dans l’ombre de Gregory Coupet. Giuly et Traoré devraient également souffler. Tout comme Claude Makelele, «qui ne peut plus aligner trois matchs en une semaine», selon Kombouaré.

Du coup, A Boulogne, Paris a l’occasion de prouver que son effectif ne se limite pas à onze titulaires. Chantôme, Bourillon, Ngoyi ou Sankharé peuvent aussi aider ce PSG à gagner. «Quand on est sur le côté, on piaffe d'impatience et on peut même être critique, en disant «Peut-être que je ferais mieux», enchaîne Kombouaré. A eux de le montrer.»