Nantes: La drôle d'affaire Harlington Shereni

LIGUE 2 Le capitaine des Canaris a été privé de match vendredi soir à cause d'une licence périmée... et du zèle des dirigeants nantais...

Julien Ropert

— 

Le nom de Shereni auraitété rayé de la feuille de match par précaution, selon le FCN.
Le nom de Shereni auraitété rayé de la feuille de match par précaution, selon le FCN. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

C'est l'imbroglio du week-end. Vendredi, le capitaine nantais Harlington Shereni a été contraint de transmettre son brassard à Jean-Jacques Pierre et de se passer de Bastia-Nantes (1-1). Raison invoquée pour justifier ce forfait de dernière minute? Des maux de tête et des vomissements auraient saisi le Zimbabwéen, qui semblait pourtant en parfaite santé à l'échauffement. La réalité est plus rassurante pour la santé du joueur. Coordinateur sportif du SC Bastia, Jo Bonavita a en effet constaté que la licence du Nantais était périmée depuis le 31 juillet. Le club corse menaçant de déposer une réserve, les dirigeants nantais ont décidé de retirer le nom de Shereni de la feuille de match.


La LFP à la traîne?

C'est donc Papa Malick Ba qui a remplacé Shereni, et le résultat de la rencontre a été validé par la LFP, comme celui des précédents matchs de Nantes au cours desquels les dirigeants nantais avaient présenté un document périmé pour leur capitaine. Pourtant, le directeur général du club, Claude Robin, précisait lundi que «vendredi, tout était en règle. Nous avons voulu faire la lumière sur cette histoire, et nous avons appelé la Ligue, qui nous a confirmé ce que nous savions. La Ligue a édité une nouvelle licence pour Harlington le 20 juillet dernier, mais elle n'est jamais arrivée à Nantes.» Une version confirmée par la Ligue de football professionnel, qui indique que le FCN n'a commis aucune erreur administrative dans ce dossier.


Panique à bord

De fait, Shereni est bien autorisé à jouer par la LFP, et ce jusqu'au 8 novembre, comme l'atteste un courrier en date du 4 septembre que le club a fait parvenir aux médias hier dans la matinée. Ensuite, Nantes devra fournir d'autres pièces pour prolonger cette licence. En d'autres termes, le milieu défensif aurait tout à fait pu disputer la rencontre face à Bastia, et c'est simplement par précaution que son nom a été rayé de la feuille de match. Reste tout de même une interrogation : pourquoi la direction du club a-t-elle choisi d'inventer un problème médical inexistant pour justifier une situation où elle n'était même pas fautive? Un peu de transparence aurait sans doute suffi à éteindre l'incendie médiatique.