Antoine Kombouaré attaque sa défense

A.P.

— 

 Le Coréen Park déclenche sa frappe sous les yeux de Sammy Traoré, le 13 septembre 2009
 Le Coréen Park déclenche sa frappe sous les yeux de Sammy Traoré, le 13 septembre 2009 — E. Gaillard/REUTERS

Au piquet! L’arrière-garde parisienne est dans le collimateur du nouveau coach du PSG, alors que les artificiers lyonnais débarquent dimanche dans la capitale. Lundi dernier au Camp des Loges, la défense parisienne alignée à Monaco (Ceará, Bourillon, Traoré, Armand) a eu droit à un remontage de bretelles d’Antoine Kombouaré. Alignement approximatif, marquage élastique et velléités offensives mal placées... l’ancien stoppeur ne manque pas de griefs. Il a notamment recadré le latéral Sylvain Armand, dont les prestations sur son flanc gauche laissent à désirer depuis le début de la saison.

Mais le principal chantier se situe toujours dans l’axe. Zoumana Camara absent jusqu’à mi-octobre, Mamadou Sakho incertain pour la réception de Lyon, le binôme Bourillon-Traoré devrait poursuivre son intérim. « Ce sont deux bons joueurs, mais par rapport à la paire Sakho-Camara, c’est beaucoup moins efficace », tacle Pascal Baills, entraîneur adjoint de Montpellier, qui a arraché le nul contre le PSG (1-1).

Maudites dernières minutes

Au manque de vécu de cette charnière, s’ajoute une très mauvaise habitude prise par les Parisiens lors de ce début de saison. Rejoint au score à la dernière seconde à Montpellier, à la dérive défensivement en fin de match à Monaco, le PSG a déjà concédé quatre de ses six buts dans les dix dernières minutes.

Contre l’Olympique Lyonnais, les Parisiens devront se reprendre. Sinon, Antoine Kombouaré risque de tirer encore quelques oreilles.