Le RCS sous le feu des projecteurs

— 

Une reprise en nocturne pour les rugbymans strasbourgeois. Chose étonnante, ils entament leur saison en Fédérale 2 à Beaune, samedi à 19 h 30. Ne pas jouer le dimanche après-midi ne perturbe pas Philippe Braem. « On s'entraîne à cet horaire, ça ne devrait donc pas nous désavantager. Ils ont l'éclairage requis pour, il ne devrait donc pas y avoir de problèmes de visibilité. Et puis, nous avons accepté leur proposition. »

L'entraîneur du RCS trouve même un avantage à jouer le samedi en début de soirée : « Ça nous donne un jour de récupération supplémentaire. » Il admet aussi qu'il y a quelques contraintes. « Ça peut perturber au niveau de l'horloge biologique. Il faut faire un encas vers 16 h ou 16 h 30. C'est une consigne que je donne aux garçons avant l'entraînement. Pour jouer à cette heure-là, il faut que le déplacement soit court. » L'idée de disputer un match à Hautepierre un samedi soir tente Philippe Braem. « Mais c'est impossible. Notre éclairage n'est pas suffisant », peste-t-il. W

F. H.