Mérignac, « l'équipe à abattre »

Rémi Bostsarron

— 

La Mérignacaise Lucie Bouchon, 19 ans, demi centre et internationale espoir (à g.).
La Mérignacaise Lucie Bouchon, 19 ans, demi centre et internationale espoir (à g.). — P. SAURA / 20 MINUTES

Les garçons ont Montpellier, les filles ont Mérignac. Comme les Héraultais en D1, le MHB, champion en titre, aborde la prochaine saison de D2 avec un statut d'ultra-favori à sa propre succession. Même si leurs difficultés financières risquent une nouvelle fois de les empêcher d'accéder à l'élite, les Girondines, qui s'élanceront à Colombelles samedi, ont su conserver un effectif en or.

Seul changement notable : le départ de l'arrière ivoirienne Christiane Mwasesa vers Toulon-Saint-Cyr (D1). Un coup dur compensé par l'arrivée d'Elodie Mambo, qui a quitté Mios-Biganos et la D1 pour retrouver son club de coeur. Quant aux jeunes pousses, elles ont gagné en maturité, et devraient cette fois allier leur talent à davantage de maîtrise, une perspective prometteuse.

« On est ambitieux, on ne s'en cache pas, affirme le président, Serge David. Mais il faut faire attention, il n'y a pas de match facile dans cette division très relevée. Et puis, pour nous, il y aura deux difficultés supplémentaires : la pression de faire aussi bien que la saison passée [18 victoires d'affilée], et la gestion de notre statut d'équipe à abattre. » Deux défis que devra relever le nouvel entraîneur, Stéphane Delhomme, piqué à l'équipe masculine de Bruges (N2) pour succéder au charismatique Thierry Vincent. W