Oudin, la guerrière des courts

TENNIS Grâce à son mental accrocheur, l’Américaine est devenue la nouvelle coqueluche du public de l’US Open...

M. P.

— 

La joueuse de tennis, Melanie Oudin, lors de sa victoire au 3e tour de l'US Open face à Elena Dementieva, le 3 septembre 2008.
La joueuse de tennis, Melanie Oudin, lors de sa victoire au 3e tour de l'US Open face à Elena Dementieva, le 3 septembre 2008. — M.Segar/REUTERS

 

Elle court partout, remet inlassablement la balle dans le camp adverse et ponctue sa rage de vaincre de «come on!» entre chaque point. Mélanie Oudin, petite blonde de 17 printemps, est en passe de remplacer à elle toute seule les sœurs Williams dans le cœur des Américains. Classée 70e joueuse mondiale, elle vient d’atteindre les quarts de finale de l’US Open, devenant ainsi la plus jeune Américaine à atteindre ce stade de la compétition depuis… Serena Williams  en 1999.
 
>> Tous les résultats de l’US Open ici
 
« Moi, je veux rester sur le terrain »
 
Autre particularité, la belle semble particulièrement à l’aise face aux terribles joueuses russes, connues pour leur mental à toute épreuve. Tour à tour, Anastasia Pavlychenkova, Elena Dementieva (n°4 mondiale), Maria Sharapova (n°29) et Nadia Petrova (n°13) ont plié face aux coups de boutoir de Oudin. «Mentalement, je reste avec mon adversaire tout le match, je lui fais savoir que je suis là et que si elle veut gagner, il va falloir qu’elle se batte car moi je vais rester sur le terrain », clame cette combattante qui a fait graver «believe» (croire) sur le talon de ses chaussures. Une statistique ne laisse aucun doute sur sa détermination: en 21 matchs disputés en trois sets cette saison, elle s’est imposée 17 fois.
 
Sa balle de match contre Petrova et le bel hommage du public américain:

 
 

Cette force de caractère relayée par sa rapidité sur le court lui permet de compenser un format de poche (1m68) qui pourrait la désavantager au service. Cet écueil, une autre joueuse l’a surpassé avant elle. Elle s’appelle Justine Henin et elle s’est imposée deux fois à l’US Open.