Les attaquants pourront jouer à la passe à dix

— 

Avec l'officialisation du prêt (lire ci-dessous) d'Ivan Klasnic, le FC Nantes compte dans ses rangs dix joueurs capables d'évoluer sur le front de l'attaque. Dix pour deux places. Actuellement, six sont opérationnels ou sur le point de l'être (Jean-Claude Darcheville, Ténéma N'Diaye, Moncef Zerka, Ismaël Keita, Sofiane Hanni et Thomas Dossevi). Quatre autres, en période de reprise ou de convalescence, le seront d'ici à quelques semaines ou quelques mois (Claudiu Keserü, Ronny Rodelin, Filip Dordjevic et Christian Bekamenga). Comment Gernot Rohr va-t-il gérer ce trop plein de joueurs à vocation offensive ? L'entraîneur n'est pas inquiet. « Regardez, à Brest, on était en situation d'extrême limite au niveau du nombre d'attaquants », explique le coach. N'Diaye, Klasnic, Dossevi et Keita étaient les seuls attaquants valides, lundi soir.

Mais que se passera-t-il quand les éclopés de longue date (Keserü, Bekamenga et Djordjevic) reviendront ? « On vit au jour le jour dans le foot », botte en touche Rohr. Comment va-t-il gérer les égos des Darcheville, Zerka ou N'Diaye ? Les jeunes (Keita, Rodelin ou Hanni) sont-ils voués à évoluer en réserve ? On ne voit pas d'autres alternatives pour eux. Rohr, lui, en a visiblement une autre. « En fin d'année, il y a un autre mercato, on pourra toujours les prêter », estime-t-il. C'est bien connu au FC Nantes, le bonheur est dans le prêt. W

D. P.