Quand Lyon se casse les dents en Coupe d'Europe

A. Pa.

— 

Lyon, tenu en échec à Gerland (0-0) malgré une belle domination, devra réussir un véritable exploit à San Siro pour continuer son parcours et poursuivre le rêve de son président Jean-Michel Aulas: être présent en finale, le 17 mai au Stade de France.
Lyon, tenu en échec à Gerland (0-0) malgré une belle domination, devra réussir un véritable exploit à San Siro pour continuer son parcours et poursuivre le rêve de son président Jean-Michel Aulas: être présent en finale, le 17 mai au Stade de France. — Philippe Merle AFP

Alors que l’ex champion de France joue déjà son avenir en Coupe d’Europe face au champion de Belgique, le fantôme de Maribor - et quelques autres - hantent toujours les esprits lyonnais.
 
Le bizutage turc


Trabzonsport: 1/8eCoupe de l’UEFA 1991-1992. Cheveux longs au vent, bienvenue sous l’ère Raymond Domenech. Non, vous ne rêvez pas. Le sélectionneur des Bleus a autrefois été l’entraîneur de l’OL. Une époque révolue, celle où Lyon faisait son retour en Coupe d’Europe après une longue impasse dans les années 1980. Avec huit buts encaissés, le baptême s’avère douloureux pour le club de Jean-Michel Aulas.



Maribor le Waterloo lyonnais

NK Maribor: 3e tour préliminaire de la Ligue des Champions. C’était il y a dix ans, à cette époque où l’OL émerge en championnat mais est encore un nain au niveau européen. Un autre temps pourrait-on dire. Le Brésilien Sonny Anderson venait de signer à Lyon, Coupet était dans les buts et Bernard Lacombe assis sur le banc comme entraîneur. A Lyon, personne n’a oublié le cauchemar slovène. Deux défaites sèches, 1-0 à Gerland à l’aller, 2-0 au retour. «C'est la page la plus sombre de l'histoire du club», se souvient Lacombe, devenu depuis le conseiller du président Aulas. «Je n'aime pas parler de ces deux matches. C'est le pire souvenir de ma carrière d'entraîneur. Le coup de Maribor avait été une leçon. On était favori, mais il n'y avait pas eu de suffisance de notre part. On s'était fait piéger».



Reversé ensuite  Coupe UEFA, l’OL fait encore plus fort au 3e tour face au Werder Brême. Après une victoire 3-0 à Gerland, la qualification semble dans la poche. Sauf que la défense (époque Florent Laville) explose au match retour en Allemagne pour une défaite 4-0 et une élimination improbable.  

La mauvaise blague tchèque
 
FC Slovan Liberec: 1/8e de finale de Coupe UEFA. L’année de leur premier titre de champion de France (2001-2002), Lyon se prend encore les pieds dans le tapis au niveau européen. Opposés aux Tchèques de Liberec, les Lyonnais se voient déjà en quart de finale. Ecrasé 4-1 lors du match retour, l’équipe de Jacques Santini quitte l’Europe, la tête basse encore une fois.



La malédiction des quarts

Années 2000: Porto (2004-2005), PSV Eindoven (2005-2006), Milan AC (2005-2006). Trois années de suite, ça coince pour l’OL aux portes du dernier carré de la Ligue des champions. La plus cruelle élimination reste celle contre le PSV. L’OL tombe de la pire des façons, aux tirs aux buts (4-2) après deux matchs nuls et un penalty oublié à Nilmar. La saison suivante, les hommes de Gérard Houiller touchent du bout des doigts une première qualification en demies. A San Siro, le Milan de Chevtchenko crucifie les espoirs lyonnais dans les arrêts de jeu (3-1).