Bolt - Gay, un duel pour entrer dans l'histoire du 100m

ATHLETISME Le Jamaïcain et l'Américain s'affrontent pour décrocher le titre de l'homme le plus rapide du monde...

Alexandre Patard

— 

Usain Bolt (gauche) et Tyson Gay droite) à New-York le 29 mai 2008
Usain Bolt (gauche) et Tyson Gay droite) à New-York le 29 mai 2008 — M.Segar / REUTERS

Les deux hommes ont passé la saison à se répondre à coups de chronos interposés. Dimanche, aux alentours de 21h35, Usain Bolt et Tyson Gay ont rendez-vous avec l’histoire. Le champion olympique contre le champion du monde en titre. Leur face à face constitue le moment phare des Mondiaux, celui que tout le monde attend. Alors Bolt imbattable? Tyson Gay n’y croit pas une seconde.

>> Une finale à vivre en live sur 20minutes.fr


La légende et le discret.

Sur le plan de la personnalité, tout les oppose. Alors que l’Américain est de nature plus discrète et réservée, Bolt ne manque pas une occasion pour faire le show. «Je suis une légende», n’arrête-t-il pas de clamer à tout va. «Je n’ai peur de personne. J’ai toujours confiance en moi». A 22 ans, le triple champion olympique (100m, 200m et 4x100m) n’hésite pas à se mettre en scène, danse après ses courses, conduit un bolide dans les rues de Monaco ou se paye la tête de Cristiano Ronaldo. Au mois de mai, le Jamaïcain a assisté à un entraînement des Red Devils avant de courir un 150m dans les rues de Manchester. Il n’avait pu s’empêcher alors de lâcher quelques conseils de star à star. Une manière pour le Jamaïcain de décompresser entre les compétitions.

L’insolent et le bosseur

Pas besoin de préparation intensive pour «Lightning Bolt» avant de courir un 100m ou 200m. «A Pékin, il ne s’est même pas échauffé avant de battre le record du monde du 200 m», rappelle Jacques Piasenta, l’ancien entraîneur de Marie-José Pérec et Christine Aaron. «Pour lui, un faux départ est quasiment bénéfique, car cela lui permet de se chauffer. Cela s’explique avant tout par sa technique. Il a un geste extraordinairement efficace avec de longues foulées et des appuis très brefs. Et puis, il n’est pas bodybuildé, il a une musculature harmonieuse». Musclé, Tyson Gay l’est aussi, mais son physique plus ramassé l’oblige à effectuer plus de foulées que Bolt. L’Américain doit donc plus forcer sur ses appuis, ce qui le fatigue plus vite. Pendant ce temps-là, la flèche Bolt survole la course et s’impose.

Le 100m de Pékin d’Usain Bolt



Le meilleur chrono de la saison

 A ce petit jeu, les deux sprinters ont joué au chat et à la souris, claquant des chronos de référence l’un après l’autre. Tyson Gay a réalisé la 6e meilleure perf’ mondiale de tous les temps au meeting Golden League de Rome, mi-juillet (9.77). «Je me suis encore amélioré par rapport à mes courses précédentes. Ma course de ce soir était bien maîtrisée», a-t-il déclaré simplement. «Mon objectif, c'est déjà de rester en bonne santé et j'irai à Berlin pour gagner». Une semaine plus tard, au Stade de France, Bolt a tenté de faire mieux que son rival, mais il échoue à deux centièmes (9.79), sous la pluie. Leur grande confrontation dimanche dira qui est l’homme le plus rapide du monde.

Le 100m de Gay à Rome



Bolt trop favori?

 Attendu au tournant, le sprinter jamaïcain devra assumer son statut d’ultra favori. La principale faiblesse du jeune champion reste les départs. Un défaut que devra exploiter Gay s’il veut lui chiper les lauriers. «Le record du monde (9.69 détenu par Bolt aux JO de Pékin) est le seul chiffre que j'ai en tête. Je veux gagner plus que tout, mais je veux aussi aller vite. Je ne veux pas courir en 9.99 et que les gens disent que ça n'a pas été rapide. Je pense qu'on peut atteindre 9.60, c'est mon objectif», a déjà prévenu le sprinter américain. «Mentalement, je me prépare pour un combat. Je pense qu'il y aura une surprise quant à la vitesse à laquelle un humain peut aller». La bagarre a déjà commencé en dehors de la de la piste.