Pellegrini, prête à faire chavirer les tifosi

NATATION Toute l'Italie attend le triomphe de sa championne aux Mondiaux de Rome...

Romain Scotto

— 

La nageuse Federica Pellegrini apporte le drapeau italien lors de la cérémonie d'ouverture des Mondiaux de Rome, le 18 juillet 2009.
La nageuse Federica Pellegrini apporte le drapeau italien lors de la cérémonie d'ouverture des Mondiaux de Rome, le 18 juillet 2009. — SIPA/EPA/ALESSANDRO DI MEO
De notre envoyé spécial à Rome, 

Un tifo géant se déploie sur la face nord du bassin romain. Les drapeaux s'agitent et le murmure qui accompagnait les nageurs depuis le début des épreuves se transforme soudain en un concert de trompettes et hurlements. Federica Pellegrini a pourtant juste  posé le pied sur le plot de départ, pour sa première course de la journée. Un 400m qu'elle plie en à peine plus de quatre minutes sans vraiment s'employer. Le record du monde est gardé bien au chaud pour la fin de journée.

L'ancienne rivale de Manaudou, qui fait désormais de l'ombre à Coralie Balmy, est la nageuse la plus attendue par les tifosi. La plus adulée aussi. «Elle est magnifique, c'est tout, s'exclame un «ragazzo» local, lunettes Dolce Gabbana, teint mat et poils épilés. Ici, on aime les filles comme elle. Elle a le caractère. Elle est belle. On aime ça en Italie.» Moins populaire qu'un Valentino Rossi ou un Francesco Totti, Pellegrini a réussit en Italie à faire ce que Laure Manaudou avait initié en France. Sortir la natation de la presse sportive.

«J'aime les dessous sexy»


Plus qu'une championne capable de claquer un record du monde quelques heures après un malaise, comme à Pescara le mois dernier, la belle Federica est la compagne de Luca Marin, le play-boy qui avait fait chavirer Manaudou. Leur idylle est suivie par tout un pays dans les magazines où Pellegrini refuse rarement de s'exposer. «J'aime bien les dessous sexy et les talons aiguille», explique l'Italienne qui assume ses poses topless, voire encore plus dénudée, et ne cache à personne son envie de fonder une famille, «assez jeune.»

Avec Luca Marin? La vénitienne qui a eu l'honneur d'effectuer le vol de l'ange lors du dernier carnaval de Venise, aurait trouvé en lui le compagnon idéal. «Luca est très important pour moi, il m'a beaucoup aidée. Sa présence est prépondérante dans les moments difficiles. Il est plus expérimenté que moi, m'écoute, et sait me dire quand ça ne va pas.» Et pas que dans la piscine visiblement.