Carlos Sastre pique sa crise

La rédaction sport

— 

Le coureur cycliste Carlos Sastre, lors de la 7e étape du Tour de France, le 10 juillet 2009 entre Barcelone et Arcalis.
Le coureur cycliste Carlos Sastre, lors de la 7e étape du Tour de France, le 10 juillet 2009 entre Barcelone et Arcalis. — E.Gaillard/REUTERS

Incapable de suivre Alberto Contador et Andy Schleck dans la montée vers Verbier, dimanche, le vainqueur sortant a décidé de passer à l'offensive pendant sa journée de repos. Les médias et l’organisation du Tour en prennent pour leur grade. Petit florilège des réactions d’un coureur en détresse. «Dès Monaco, j'ai ressenti... pas un complot, mais une ambiance comme si personne ne voulait que je gagne le Tour de nouveau, particulièrement chez certains coureurs», explique-il. «Je n'ai pas été traité comme il se doit, ni par la presse, ni par l'organisation». Sastre s’était déjà plaint dès le départ à Monaco que sa photo ne figurait dans les documents de présentation de l’édition 2009, et qu’il n’avait pas pu porter le maillot jaune ce jour-là.

«Pas le génie qui sort de sa boîte»


Autre objet de sa rancœur envers les médias: le monopole des débats autour du duel Contador-Armstrong, qui a «éclipsé tout le reste». «C’est un manque de respect», dénonce le leader de Cervélo. «Vous ne racontez le Tour que sous l'angle de ce duel que vous avez créé», visant en particulier les journalistes espagnols. «Vous finissez par vous ennuyer, et ensuite, pour sauver le Tour de l'ennui, vous me mettez la pression en me disant, attaque, prend l'initiative, fais-ci, fais-ça! Tout le monde attend que Carlos Sastre attaque pour sortir le Tour de l'ennui. Mais je ne suis pas là pour ça, je ne suis pas le génie qui sort de sa boîte». Ses adversaires ont eu le temps de s'en apercevoir.