Le carnet de bord de la 14e étape

TOUR DE FRANCE Une étape pour Jacky Durand?...

PK

— 

Et puis il y en a toujours un pour faire le con. Le gendarme de Vatan se fend la poire le 15 juillet 2009 aux côtés du maillot jaune...
Et puis il y en a toujours un pour faire le con. Le gendarme de Vatan se fend la poire le 15 juillet 2009 aux côtés du maillot jaune... — © Eric Gaillard / Reuters

 

La 14e étape : Colmar-Besançon (199 km)

L’étape du jour

Deux cols de 3e catégorie, le Tour se balade en Alsace et en Franche-Comté en évitant les difficultés. Mais ne pas croire non plus que c’est parti pour une étape de plaine classique: ça monte et ça descend en permanence. Pas trop, mais assez pour fatiguer tout le monde, et casser les pattes des sprinteurs. Bref, sur le papier, une étape pour baroudeur, encore une fois sous la pluie. Il y a dix ans, on l’aurait donné à Jacky Durand, celle-là, et après le numéro de Haussler vendredi, ils seront nombreux à essayer de l’imiter. Attaques à prévoir. On parle évidemment des coureurs, pas des spectateurs comme ceux qui ont tiré sur les coureurs au plomb vendredi.


>> Une étape à suivre en live comme-dans-la-caravane dès 14h30

Le profil de l’étape en vidéo





Le point les maillots
 
Le maillot jaune: Rinaldo Nocentini
Le maillot vert: Thor Hushovd
Le maillot à pois: Franco Pellizotti
Le meilleur jeune: Tony Martin

Tous les classements ici

Les horaires

Départ de Colmar à 12h40, arrivée prévue à Besançon vers 17h15

Les hommes à suivre

La longue chevauchée de l’australo-allemand Heinrich Haussler, a donné des idées à tout le monde, surtout a près la victoire en solo de Sorensen: c’est l’heure des baroudeurs comme Wegmann. On espère évidemment, une sortie de notre blogueur Amaël Moinard. Et puis cela fait longtemps (deux jours, en fait) qu’on n’a pas vu un Bbox bien placé. C’est au tour de Pierre Rolland (surnommé Garros)? David Millar a peut-ête envie de se dégourdir un peu les jambes aussi. Comme les favoris se réservent pour l’arrivée en altitude de dimanche, ne pas trop compter sur le peloton pour essayer de les rattraper. Sur twitter, Lance Armstrong lui voit plutôt une arrivée au sprint, et Cavendish pour la victoire. Andy Schleck aussi, d'ailleurs. Mais bon, le sens tactique des Saxo Bank...


>> N'oubliez pas le blog d'Amael Moinard

Le prono du jour: 1) Wegmann, 2) Cavendish, 3) Moinard.  

Le twitt du jour:

Grosse baston à l’hôtel samedi matin entre le cuistot des Garmin et celui des Cervelo pour savoir lequel a le droit de faire les œufs en premier. Bradley Wiggins nous informe que celui de la Garmin a gagné. Aux poings?

La minute Jean-Paul Olivier

Besançon, un grand classique du Tour: 14 fois ville étape. Avec notamment le contre-la-montre de l’édition 2004 qui avait permis à Lance Armstrong d’asseoir une nouvelle fois sa domination. Mais on n’a plutôt envie de revenir sur le passage d’avant, en 96, avec la victoire du sprinteur néerlandais au nom imprononçable, Jeroen Blijlevens (un grand ami de l’ancien gardien Jean-Marie Pfaff, avec lequel il fait souvent du vélo, une info people pas très intéressante), et surtout le maillot jaune de Stéphane Heulot. Bon tout ça, c’est du vélo, et comme Besançon, on a peu de chance d’y mettre les pieds si on n’y habite pas, une petite vidéo de présentation, parce que c’est quand même très mignon (sinon, il y a aussi la version banlieue):



Les expressions du cyclisme pour les nuls:


Rester en croustille: Il y a ceux qui se balladent devant, et ceux qui n’en peuvent plus derrière. Mal au ventre, aux jambes, mal dormi, le moral en berne, et on n’arrive plus à suivre.Et dans les étapes de baroudeurs comme ça, il ne faut pas compter sur la formation d’un gruppetto. Résultat, une journée derrière les voitures, tout seul. En croustille.