« Elle a une maturité exceptionnelle »

Antoine Maes

— 

A 16 ans, la Dunkerquoise Kristina Mladenovic a déjà remporté Roland-Garros junior.
A 16 ans, la Dunkerquoise Kristina Mladenovic a déjà remporté Roland-Garros junior. — H. HWEE YOUNG / EPA / SIPA

C'est une Dunkerquoise de 16 ans qu'on pourrait bientôt retrouver au sommet du tennis mondial. Kristina Mladenovic vient d'enchaîner un succès à Roland-Garros junior, et une finale perdue sur le gazon de Wimbledon. Fille de Dragan Mladenovic, ancien gardien de l'USDK, elle est entraînée par George Goven, qui nous présente son prodige.

G

Elle a tout d'une grande Un grand champion s'appuie avant tout sur un état d'esprit irréprochable. Pas de soucis de côté là pour la Nordiste. « C'est une jeune fille au caractère très fort, très déterminé. Elle sait pourquoi elle est là, et elle met tous les atouts de son côté. Elle fait attention à ce qu'elle mange, elle ne rate jamais un échauffement, elle s'étire... A l'entraînement, parfois, elle n'hésite pas à en redemander. Elle prend de l'avance. Pour son âge, elle a une maturité exceptionnelle. »

G

Un physique redoutable Dans le tennis actuel, les petits gabarits galèrent. Mais Kristina Mladenovic n'a rien à craindre. « A 16 ans, elle mesure déjà 1,83 m. Elle a de grands segments, qui font de grands leviers. Cela lui permet d'avoir une qualité de frappe exceptionnelle, un peu comme Mary Pierce ou Maria Sharapova. Elle n'a pas joué beaucoup de matchs en seniors, et pourtant, elle détient le record de service, à 203 km/h. Elle est déjà au niveau de Serena Williams », s'enthousiasme George Goven.

G

Une technique en construction C'est un domaine où la Dunkerquoise reste perfectible. Mais elle ne part pas de très loin. « Elle possède une bonne technique, qu'elle a bossée avant moi, et qu'on continue à travailler. L'objectif est qu'elle ait le moins de failles possible histoire de bénéficier de solutions de rechange. Mais il y a encore beaucoup, beaucoup de boulot. Au niveau des déplacements, des enchaînements... Elle a encore une grosse marge de progression. Elle peut viser beaucoup mieux que le Top 20 », promet George Goven.

G

Un environnement familial sain Pas de risque que Kristina Mladenovic soit parasitée par sa famille. Son père a défendu les couleurs de la Serbie et de Dunkerque en handball, sa mère en volley. « C'est son père qui s'occupe de sa préparation physique. Sa famille a une culture sportive saine, ils savent ce qu'est l'effort. Ses parents l'élèvent simplement et efficacement », conclut George Goven. W