Le TMB en plein chantier avant la montée dans l'élite

— 

« Actuellement, je suis au téléphone avec des millions d'agents ! »

Depuis jeudi dernier, Valérie Garnier ne chôme pas. L'entraîneur du Toulouse Métropole Basket prépare l'accession en Ligue féminine. 3e du Final Four de NF1 (2e division), le TMB accède à l'élite du fait des dépôts de bilan de certaines équipes, comme l'Union Hainaut et Reims.

« C'est génial, assure l'ancienne meneuse de jeu internationale, passée notamment par Mirande. A titre individuel, cela me permet aussi de revenir au plus haut niveau après quatre ans de NF1. » Entraîneur de Montpellier (2002-05), Valérie Garnier avaient en effet pris ensuite les rênes du Temple-sur-Lot, tout en assurant jusqu'en 2006 la fonction d'adjoint en équipe de France. L'été dernier, elle s'est retrouvée à la tête du TMB, club nouvellement créé après avoir récupéré les droits sportifs du Temple...

« Il faut construire un projet, se montrer raisonnable, se maintenir tout en séduisant un maximum de partenaires, de collectivités et de spectateurs, reprend la technicienne. Au début de la saison passée, il n'y avait pas grand-monde. A la fin, on jouait devant 1500 personnes ! »

Le public du Petit palais des sports découvrira fin septembre un effectif chamboulé. « On ne pouvait pas aller en Ligue féminine avec l'équipe de la saison dernière », justifie Valérie Garnier. Cinq joueuses ont déjà quitté le club (Nedovic, Lebouc, Tavares, Minard, Noirez). « Nous aurons quatre ou cinq recrues », indique la patronne technique du TMB. Pour l'instant, seule l'arrivée d'Emilie Maurice (27 ans, ex-Lyon, NF2) est officielle.

Pour défier Bourges ou Tarbes, Toulouse s'appuiera aussi sur les produits du cru, notamment sur ses cadettes championnes de France. W

N. S.