à Carquefou, on se prépare à souffrir

Julien Ropert

— 

Les Carquefoliens appréhendent leur retour en CFA, après quatre ans de CFA2.
Les Carquefoliens appréhendent leur retour en CFA, après quatre ans de CFA2. — J.-S. EVRARD / 20 MINUTES

Les Carquefoliens ne se le cachent pas, dans les mois à venir, ils vont devoir serrer les dents. D'abord parce qu'ils ont entamé hier leur préparation, période toujours redoutable, comme l'explique Sébastien Le Paih : « Même si on est contents de revenir, on sait bien qu'on va souffrir. Mais il faut en passer par là si on veut que ça se déroule bien. » Surtout, la saison en elle-même risque fort de ne pas être une partie de plaisir pour les quarts de finalistes de la Coupe de France.

Car entre la CFA2, qu'ils ont fréquenté pendant quatre ans, et la CFA, où ils feront leur grand retour le 7 août prochain, la marge est importante. « Il n'y a aucune comparaison, prévient Denis Renaud. Il y a un monde d'écart, d'abord parce qu'on passe de trois à cinq entraînements par semaine, mais aussi parce qu'on arrive à un recrutement national. Le championnat est long, on fait plus de kilomètres... » Le tout avec un effectif qui a connu, pour le moment, autant de départs que d'arrivées. « Le recrutement a été difficile, avoue l'entraîneur carquefolien. Beaucoup de joueurs qu'on souhaitait faire venir étaient hors budget, et il y avait de la concurrence. On a essayé d'apporter de la qualité à des postes où on n'avait pas de possibilité de remplacer un blessé. » Le patron technique de l'USJA ne s'interdit d'ailleurs pas de recruter encore si les matchs amicaux révèlent quelques faiblesses. Car Carquefou ne compte pas se contenter d'un aller-retour. « Je ne veux pas fixer l'objectif, mais je veux que Carquefou soit un jour un club stable de CFA. Cette saison est la première d'un cycle de trois ans au terme duquel on tirera un bilan. Mais je sais qu'on va souffrir. » W