Thomas Voeckler en roue libre

Floréal Hernandez

— 

Voeckler est très serein avant sa course.
Voeckler est très serein avant sa course. — G. VARELA / 20 MINUTES

A la cool. Thomas Voeckler se présentera, dimanche, aux championnats de France à Saint-Brieuc : détendu, relâché, serein ou encore reposé. A vous de choisir un adjectif car lui les prend tous. Champion de France 2004, deuxième en 2006, le coureur Bbox Bouygues Telecom ne se fait plus « une montagne » de cette course. « Je n'ai jamais été aussi déçu qu'en 2006 quand je termine deuxième. Depuis, j'ai décidé d'y participer sans me fixer d'objectif. C'est une course comme les autres. »

Bien revenu après sa fracture à la clavicule en mars sur Paris-Nice, le natif de Schiltigheim n'est pas insensible à l'idée d'aborder le Tour de France, la semaine prochaine, avec le maillot tricolore sur les épaules : « Je pense que je savourerai encore plus que la première fois. »

Si lui n'a pas d'ambition précise aux championnats de France, son équipe en est pleine. Entre 2001 et 2005, la tunique bleu-blanc-rouge ne lui a échappé qu'une fois et ce, quel que soit son nom (Brioches la Boulangère ou Bouygues Telecom). Depuis trois ans maintenant, le paletot la fuit. « C'est l'objectif de l'année avec le Tour de France, avoue Thomas Voeckler. Collectivement, on n'a pas la même équipe que par le passé où elle était presque exclusivement française et on avait la force du nombre. » Autres Alsaciens au départ de la course en ligne, son coéquipier Mathieu Sprick, le coureur Cofidis Christophe Kern et le Haut-Rhinois Nicolas Hartmann. Ce dernier représentera les couleurs de l'équipe Bretagne-Schuller. « Pour nous, c'est la course la plus importante de l'année. Un champion de France issu d'une équipe Continental [deuxième division], ce serait énorme », explique Nicolas Hartmann. Toutefois, l'Altkirchois ne mise pas sur une grosse performance de sa part. « J'ai revu mes ambitions à la baisse car cela ne va pas trop. Sur le Route du Sud, je n'avais pas la grande forme. On verra dimanche », tente de positiver Nicolas Hartmann. W