Revivez Espagne - Etats-Unis en live comme-à-la-maison

R.S.

— 

Le footballeur espagnol David Villa après son but face à l'Afrique du Sud, lors de la Coupe des confédérations, le 20 juin 2009.
Le footballeur espagnol David Villa après son but face à l'Afrique du Sud, lors de la Coupe des confédérations, le 20 juin 2009. — J.Lampen/REUTERS
ESPAGNE - USA: 0-0

Pour rafraîchir, cliquez ici

C'est fini.  Enorme. Les Américains battent les champions d'Europe espagnols qui s'arrêtent à 15 victoires de suite (36 matchs dans défaite). Les Boys du Soccer ont parfaitement joué le coup en pressant la sélection espagnole tout en se projetant vite vers l'avant. Une tactique qui a amené les 2 buts. D'abord celui d'Altindore à la 27e, puis celui de Dempsey à la 74e. Mention spéciale à la défense ibérique à la ramasse sur les réalisations américaines, d'abord Capdevilla puis Ramos. Le bloc américain (qui a sans doute regardé les vidéos de la demie de la Champion's League entre le Barça et Chelsea) a fait le reste. "Nous avons joué de façon extraordinaire. Chaque joueur a donné tout ce qu'il pouvait", déclare Bradley, le coach américain. "Nous avons bien géré cette partie, sauf les moments importants. C'est très difficile de gagner un match sans marquer", analyse (très pertinemment) Del Bosque.

Les Américains retrouveront le vainqueur de la demie  Brésil-Afrique du Sud (à vivre jeudi soir en live comme-à-la-maison) en finale. Merci de nous avoir suivis et à demain.

93': Il reste 1 minute. Les Américains courent comme des fous. Les Espagnols paniquent.
91': Et Howard sort encore dans les jambes espagnoles. Le gardien américain est dans un grand soir.
90': Casey en mode Ginola, sans cheveux mais avec de le jugeotte, conserve le ballon près du poteau de corner espagnol.
88': Dempsey, le second buteur, traîne ses jambes loudes dehors. Bornstein entre.
87'! direct pour Bradley qui fait une grosse faute sur Villa. Sur cette compétition, les Américains ont subi 3 expulsions en 4 matchs. La classe. 
86': Les stats qui font mal. 2 tirs cadrés, 2 buts pour les Américains. 14 corners à 3 pour les Espagnols.
84': Casey, le dépeuceur au crâne chauve, fait son entrée. Histoire de terminer le sale boulot et d'enterrer les Espagnols.
82': Altidore taquine. Donovan balance du rateau et lance l'attaquant sifflé à tort hors jeu. Les Espagnols ont envie de pleurer.
81': Et Howard, alias le géant vert, repousse un nouveau tir.
79': Xavi remotive ses gars. Torres regarde l'herbe. Pique n'ose plus rien regarder.
76': Quel beau scénario. En fait, le foot c'est toujours sympa, quand le gros perd. Enfin seulement quand ce n'est pas son équipe.
74': de Dempsey... Sur un contre, Donovan centre. S'en suit un festival de boulettes espagnoles: Pique laisse le ballon passer derrière lui (en le déviant) puis Ramos ne parvient pas à dégager assez rapidement. Dempsey se jette et plante.
73': DeMerit, blond, coupé ras, à la mode des Marines, prend le dessus sur la danseuse blondinette Torres.
72': Ca sent de plus en plus le piège parfait.
71': Puyol toujours aussi bourrin, met le coup d'épaule  à 20 mètres de ses buts. Après on joue le balllon...
69': L'attaquant Davies sort. Feilhaber entre. Histoire de solidifier un peu le mur américain.
68': Fabregas et sa crête blonde sortent. Cazorla rentre.
67': Howard gagne du temps. Casillas compte les brins d'herbe.
65': Ramos hérite d'un  ballon superbe à droite de la surface. Clark se jette, prêt à sacrifier son entre-jambe et contre. Autant d'abnégation, c'est beau.
64': Et Howard repousse un nouveau tir de Fabregas. C'est attaque-défense.
63': La classe de Puyol qui envoie un long dégagement américain en touche. Géné par les cheveux sans doute...
62': Si Iniesta était là, on miserait bien sur une égalisation à la 93e minute... Car ça ressemble quand même beaucoup à un Chelsea-Barça...
61': Oh Altidore qui embarque encore son défenseur!!! Mais ce dernier bloque bien.
61': Xavi rate son contrôle. Del Bosque a la moustache qui frise.
59': Les Américains continuent à reculer. Du coup sur les contres, il n'y a plus grand monde devant. A part Casillas qui s'apprêteà  passer une longue deuxième mi-temps.
58': Sur un corner mal dégagé par les Espagnols, Clark , le bosseur du milieu, tente une volée qui atterrit en virage. Et pourquoi pas? Quand on mène 1-0...
55': Villa (qui patate dès qu'il touche un ballon) tire à nouveau. Howard est encore sur la trajectoire.
56': Le match Altidore-Capdevilla, entre baffes et coups de genoux, continue. Réjouissant.
53': Xavi redescend énormément pur venir charcher les ballons. Et ça fonctionne. Les Américains boivent la tasse sur les remontées.  Il y avait pénalty sur Xavi, là...
51': Nouveau corner espagnol. Villa est bien pris. Mais avec Torres et Villa, ils ont quands même une belle paire ces Espagnols. Non?
50': Les espagnols ont dû se prendre une bonnne soufflante dans les vestiaires car ils se jettent sur tous les ballons;
48': La grande classe Dakota pour ce prono très fin. Et c'est un spécialiste des pronos à la con qui te félicite...
48': Sur le tir de Villa, Howard sort une parade de classe mondiale. Le remplaçant de Barthez à MU a toujours des réflexes.
47': Et les Ricains repartent à l'attaque. Sur un de leur corner, Puyol est en mode terminator dans la surface.  Quel bourrin...
46': C'est reparti pour la 2e mi-temps. L'Espagne a 45 minutes pour ne pas se passer la honte.
C'est la mi-temps. Le piège est en train de se refermer sur les Espagnols. Les champions d'Europe ont des occasions mais les Américains jouent parfaitement le coup en défendant et en pressant partout. La sélection américaine se projette vite vers l'avant, ce qui a permis à Altidore de mettre la défense espagnole à l'amende et notamment Capdevilla en mode tracteur.

A tout de suite pour la deuxième mi-temps. Pas mal ce match, non?
45': Le numéro de Torres qui embaque tout le monde à droite. Son tir est repoussé par Howard qui n'en revient pas. Bocanegra, lui, essaye toujours de s'en rendre compte de ce qui s'est passé.

43': La défense n'importe comment de Donovan. Le meneur US dégage un centre sur une aile de pigeon.  Villa n'en revient pas.

42': Le coup franc tout moisi des Espagnols qui paniquent en passant en retrait. La défense US remonte et intercepte.
40': A noter que le buteur Altidore a été prêté cette saison à Xerez. Après être passé à Villareal où il a marqué un but en 8 matchs.
37': Et sur le coup franc qui suit, Dempsey se jette avec sa tête d'acteur romantique new-yorkais. Bocanegra qui était derrière râle.
36': En retard, Capdevilla  se refait faire l'amour par Altidore. Et l'Espagnol prend un
35': 3e hors jeu de Torres. Le plus beau de ce match. Arriver à se faire prendre hors jeu sur un centre presqu'au niveau du poteau de corner. La  classe d'une équipe de minimes.
32': Howard gueule contre Bocanegra qui ne veut pas le ballon. Ca risque d'être long pour le Rennais s'il commence à se planquer maintenant. 
32': "Jean-Pascal" Villa dévisse totalement son tir.
30': Le contrôle à la glue (J. M. Larqué, sors de ce corps...) de Villa. Ca ne sert à rien. Les défenseurs américains sont présents et font remparts de leur corps.
29': Les Espagnols vont devoir se bouger pour claquer leur 16e victoire de suite.

Et mon prono est faux mais ça c'est comme d'habitude.

27': d'Altidore!!!! L'ancien de Villareal fait écran de son corps à l'entrée de la surface. La défense espagnole se fait avoir (notamment Capdevilla qui se fait embarquer en essayant de passer devant l'Américain) et Altidore bourrine du droit. Casilas touche le ballon qui rentre.
24': un point Gattuso pour Puyol qui joue Davies avant que le ballon n'arrive. On aime.
23': Les Espagnols ont remis le pied sur le ballon mais abusent des longs ballons. Villa court dans le vide.
22': Le louche de Fabregas vers Riera qui foire totalement sa demi-volée. Décidément en grande forme le Riera ce soir.
20': Le plan des Américains s'éclaircit. "On défend comme des morts de faim en pressant partout sur le terrain et on se projette vite vers l'avant."  Les cassettes de la demie Chelsea-Barça ont tourné.
19': Riera râle sur Torres pour une passe dans le dos. Quel bon camarade ce Riera! Toujours souriant. Un petit côté Van Bommel ibérique.
18': Torres est hors jeu d'une méchouille. Le gardien était sur le ballon.
16': Après s'être marchés dessus, on se regarde. Casser une série de 36 matchs sans défaite, et face aux Américains en plus, je ne sais pas si les Espagnols s'en remettraient. 
15': D'accord avec toi Dpowter. je ne les trouve pas assez rugueux ces Espagnols. On se dit que face à des vieux Uruguayens, ils n'auraient aucune chance. Remember 2002.
14': Pris à la gorge, les Espagnols ont décidé de mettre les pieds aussi. Ramos aime ça.
13'; Les Américains ont décidé de s'appuyer sur la tactique dite de la "star à tout faire": tu as le ballon, tu passes à Donovan.
10': Torres reprend un bon centre de Capdevilla mais tire devant lui. Ca passe à côté. Bocanegra respire. Ca joue un peu plus vite qu'au Stade Rennais...
9': Fabregas tire au-dessus. Les Espagnols respirent un peu mais Xavi n'a toujours pas touché beaucoup de ballons.
8': Le tir de Dempsey passe juste à côté. Avant cela Donovan avait éclaté un Espagnol d'un coup d'épaule. Ces Américains ont très faim.

Les Espagnols vont-ils être bloqués à 15 victoires consécutives (36 matchs sans défaite)?
7': Oh le retourné de Davies qui fracasse la caméra à côté du but. Sans complexe ces Américains. Au pressing, au débordement, Ramos transpire. 
6': Donovan accélère bien le jeu au milieu mais Casillas est attentif sur les ballons en profondeur.
5': Et Donovan prend un carton . Espérons qu'ils terminent à 11. Lors de deux matchs de poule, ils avaient terminé à 10.
4': Altidore pénètre dans la surface espagnole et déborde. Pas mal, il y avait de l'idée.
2': Bocanegra découpe Ramos. Puis Donovan en remet une couche. Les Ricains mettent en place leur stratégie.
2': Les Espagnols ont mis le pied sur le ballon. Etonnant, non? Et ils font tourner.
1': C'est parti!!!

Alors les pronos. Je dis l'Espagne 5-0. Original, non?
20h27: Les hymnes. Les Américains ont la main sur le coeur. Enfin des patriotes.
20h25: Casillas lit un texte  contre le racisme. C'est beau. Les trompettes en plastique s'énervent...
20h23: Bonsoir à tous, les hommes entrent sur le terrain. Et ça caille. Il fait 5 degrès. Ca va être sympa l'année prochaine  la Coupe du monde en plein hiver et en altitude.

On ne peut pas reprocher à London Donovan de ne pas se mouiller. La star de la sélection américaine a beau affronter la meilleure équipe au monde, mercredi soir, en demi-finale de la Coupe des Confédérations, il garde l’espoir d’une qualification pour la finale. «Nous allons les mettre sous pression et voir comment ils réagissent. Si nous y arrivons, je pense que nous avons une chance.» Osé.

Care en face d’eux, les miraculés du premiers tour s’apprêtent à trouver une équipe victorieuse de ses quinze derniers matchs (record absolu). «Notre adversaire peut avoir peur plus que nous», note le milieu Albert Riera, confiant. Mais «Ils n'ont rien à perdre, prévient Xavi. Il y a sûrement plus de pression, mais nous assumons le rôle du favori».

Un match à suivre et à commenter dès 20h30 en live comme-à-la-maison sur 20minutes.fr…