Huit mois d'espoir, deux mois de crispation

Antoine Maes

— 

La joie des Lillois après leur victoire (3-2) contre Nancy, samedi au Stadium Nord.
La joie des Lillois après leur victoire (3-2) contre Nancy, samedi au Stadium Nord. — P. HUGUEN / AFP

Au final, certains peuvent se montrer déçus.

Mais la 5

e place du Losc,

arrachée après la victoire contre Nancy (3-2), couronne tout de même un parcours particulièrement honorable. « On a parlé de nous pour le titre, puis pour la Ligue des champions. En terminant 5es, on est à notre place », explique Rudi Garcia. C'est d'autant plus méritoire que l'ancien coach manceau devait assumer la succession de Claude Puel.

Les débuts ont d'ailleurs été pénibles. A la fin août, après trois matchs, les Dogues sont derniers, avec un seul point. Mais le calme règne au Domaine de Luchin, puisque « le classement est anecdotique », estime Rio Mavuba, tout juste promu capitaine. Il a raison. Quelques jours plus tard, le futur champion de France bordelais chute au Stadium (2-1). Les Dogues trouvent leur vitesse de croisière et commencent même à chatouiller les meilleurs après un match nul spectaculaire à Lyon (2-2), à la mi-octobre. Avant de se déplacer au Parc des Princes, le 8 novembre, les Nordistes sont escortés par une jolie série de neuf matchs sans défaite. Ils s'inclinent tout de même (1-0), sans vraiment combattre. Mais la dynamique n'est pas altérée et, après un dernier succès sur Le Havre (3-1, dont deux buts dans les dix dernières minutes), Lille conclut 2008 à la 5e place, déjà.

L'hiver est celui de toutes les ambitions. Les Nordistes mettent fin à l'invincibilité rennaise (1-0), puis accrochent Bordeaux à Chaban-Delmas (2-2) en janvier. Les revers à Auxerre (2-0) et Valenciennes (2-0) ralentissent la marche en avant. Mais, en battant Lyon deux fois en une semaine, en Coupe de France et en L1, le Losc fait de nouveau peur. Les victoires s'enchaînent et, après un nouveau succès à Nantes (0-1, treizième but de Bastos) début avril, Lille peut encore se mêler à la course au titre. « Champion, ce n'est pas possible », assène pourtant Florent Balmont. Et ça va se vérifier. Lille oublie la recette pour gagner, le vestiaire se fissure, les rumeurs de départs s'amplifient. Un petit succès au Havre (0-1), déjà relégué, laisse un mince espoir de qualification européenne. « On ne va pas révolutionner le foot à chaque match », plaide Nicolas Plestan. A l'aube de la dernière journée, Lille est 7e, et l'espoir d'une qualification infime. Mais le défenseur lillois donne la victoire aux siens (3-2) et les concurrents directs flanchent. Le Losc est en Europa League. W