Jean-Marc Furlan mis au ban ?

Floréal Hernandez

— 

Restera ? Restera pas ? Aujourd'hui, Philippe Ginestet,

le président du Racing, doit rencontrer Jean-Marc Furlan pour faire un point sur leur collaboration. L'entraîneur strasbourgeois a encore une année de contrat avec le club mais son avenir ne semble plus être sur les bords du Krimmeri. En février, au lendemain d'un nul face à Brest (2-2), les deux hommes avaient engagé leur parole : en cas de montée, JMF était libre de son choix. Dans le cas contraire, le coach partait sans demander son dû. Ce week-end, Philippe Ginestet a rappelé ce deal : « J'attends que cette parole soit respectée. »

Arrivé à l'été 2007 en tant que « bâtisseur et porteur de projet », Furlan n'aura pas permis au Racing de se maintenir en L1 ni de retrouver l'élite. « Très souvent, on juge notre compétence sur un point ou un but. Est-ce un échec si on rate la montée d'un point ? », s'interrogeait le Girondin à la veille de la défaite à Montpellier (2-1). Il semblerait que oui. Si son départ est confirmé, il faudra lui trouver un successeur. Le nom de Gernot Rohr est évoqué. L'ancien entraîneur de Bordeaux ou de Nice s'est déclaré intéressé dans L'Alsace, dimanche. L'Allemand pourrait être accompagné de l'ex-Strasbourgeois José Cobos, qu'il a eu sous ses ordres puis à ses côtés sur le banc à Nice.

Le maintien ou non de Furlan conditionnera aussi le départ de certains joueurs. On pense à Grégory Paisley. Le défenseur, proche de l'actuel coach et gros salaire du club, ne s'est jamais acclimaté à la L2. Son départ est plus que probable. W