Les plus belles finales de la Ligue des champions en vidéo

FOOT Des 10 buts de la finale de 1960 à la fournaise d'Istanbul en passant par le grand Manchester de George Best...

Matthieu Goar

— 

Liverpool remporte la finale de la Ligue des Champions en 2005.
Liverpool remporte la finale de la Ligue des Champions en 2005. — SIPA
Tout le monde attend la finale de Rome de ce mercredi soir avec une petite boule au fond du ventre. Une impatience fébrile que connaissent tous les passionnés de foot. Et peu importe le niveau. On l’a tous connue lorsque notre club de cœur allait jouer le rival dans une finale de district ou lorsque Zidane avait rendez-vous avec un certain Materazzi. Quand on se fout du score, on espère seulement du jeu. Si on est parfois déçu, certaines finales atteignent en revanche des sommets. Particulièrement en Ligue des champions.

Petit panorama non exhaustif des plus belles finales de la plus prestigieuse des Coupes d’Europe.
 

La finale Barcelone-Manchester est  à suivre et à commenter en live comme-à-la-maison sur 20minutes.fr à partir de 20h45
 

 
1960: Real Madrid – Francfort (7-3)
Entre 1956 (date de création de la Ligue des Champions) et 1960, le Real de Madrid ne fait pas de détail et remporte les 5 premières finales (dont deux fois face au Stade de Reims de Raymond Kopa). Les Merengues concluent ce quintuplé par un magistral 7-3 face à Francfort au Hampden Park de Glasgow. Le plus gros score d’une finale.


 

1968: Manchester – Benfica (4-1)
Depuis son titre mondial de 1966, l’Angleterre règne sur le football. En 1968, dix ans après la tragédie de Munich qui avait vu l’avion de l’équipe anglaise s’écraser, MU défie le grand Benfica d’Eusebio. Bobby Charlton, qui était dans l'avion en 1958, ouvre le score avant que Georges Best, puis Kidd n’y aillent de leur petit but en prolongation. Wembley est en fusion.


 
 
1977: Liverpool – Borussia (3-1)

Comment empêcher le Liverpool de Steve Heighway et de Kevin Keegan de remporter cette finale? A Rome, le Borussia ne trouve pas la réponse et est balayé par les buts de McDermott, Smith et Neal. Il s’agit de la première victoire des Reds dans cette compétition. Le début d’un règne, puisque Liverpool gagne 4 finales entre 1977 et 1984.


 

1993: OM – Milan (1-0)

Raymond Goethals sur le banc, Basile Boli au coup de boule. Peut-être pas la plus grande finale de tous les temps, mais la plus belle dans le cœur de millions de Français traumatisés par les poteaux carrés de Glasgow qui avaient éliminé Saint-Etienne en 1976. Avant 1998 et après 1984, l’autre grande victoire du foot français.


 

1994: Milan AC - Barcelone (4-0)
Le Milan de Capello, Donadoni et Savicevic en passe quatre au Barça de Cruyff, Romario et Guardiola (vainqueur en 1992). Faut-il en dire plus? Rarement une feuille de match n'aura réuni d’aussi beaux noms. Même Marcel Desailly participe à la fête…


 

 1999: MU Bayern (2-1)
Sept ans avant l’exploit de Liverpool, le Manchester des jeunots Giggs, Scholes et Beckham fait reboucher les bouteilles de bière aux Bavarois. A la 90e minute, les Mancuniens sont menés 1-0. Teddy Sheringham réussit à égaliser après un corner mal dégagé par la défense du Bayern. Trois minutes plus tard, Ole Gunnar Solskjaer trompe la vigileance d'Oliver Kahn une deuxième fois, sur la dernière action de jeu.


 
 
 
2002: Real Madrid - Bayern Leverkusen (2-1)
Pas vraiment une finale renversante, mais un but venu d’ailleurs de Zinedine Zidane. Une volée parfaite à laquelle le minot qui sommeille au fond de tout supporter de foot repense à chaque fois qu’il a du mal à s’endormir. Essien s’en est souvenu en tout cas cette année, lors de la demie face au Barça:


 
 
 
2005: Liverpool Milan AC (3-3 [3-2])

Peut-être la finale la plus époustouflante de l’histoire. Au bout de 52 secondes, Maldini inscrit le but le plus rapide de la compétition avant que Crespo ne plante un doublé avant la mi-temps. Le Milan est à l’abri de tout. Sauf du Liverpool de Gerrard. Le capitaine des Reds marque de la tête (54e). Deux minutes plus tard, Smicer fusille Dida avant qu’Alonso ne transforme en deux temps un pénalty (60e). En 6 minutes, les Reds sont revenus. Au bout des tirs au but, ils gagnent cette finale disputée dans le fournaise d’Istanbul. Un match à tomber amoureux de Liverpool qui revit ses grandes années.