Rires et larmes à Roland

TENNIS Ces épisodes qui ont fait l'histoire du «French» en vidéos...

Alexandre Pedro

— 

Les chaussures du tennisman Brésilien Gustavo Kuerten, lors de Roland-Garros, le 25 mai 2008.
Les chaussures du tennisman Brésilien Gustavo Kuerten, lors de Roland-Garros, le 25 mai 2008. — R.Duvignau/REUTERS

Au-delà des matchs, du palmarès, du tennis, Roland-Garros c’est aussi Hingis qui pique une crise, Bill Clinton faisant sortir André Agassi de son match ou Kuerten dessinant en cœur sur le Central et bien d’autres moments encore.

1989: Pour Lendl la cuillère est pleine

Réputé pour esquisser un sourire une fois tous les quatre ans, Ivan Lendl manque de péter les plombs quand un Américain de 17 ans ose lui proposer un service à la cuillère. Les antis Lendl ne remercieront jamais assez Michael Chang.



1993: Courier comme «une vache espagnole»

Après sa défaite perdue en finale contre le Barcelonais Sergi Brugera, Jim Courier fait apprécier au public parisien ses progrès dans la langue de Molière depuis sa prestation disons «courageuse» de 1992. Avec son cultissime «Je parlais comme une vache espagnole», l’Américain trompe l’ordinaire de ces discours d’après finales.



Dans un autre genre, en 1988 Henri Leconte se met le public à dos après sa défaite en finale contre Mats Wilander. Mais oui, Riton on a compris ton jeu. Ton discours en revanche…

1999: Hingis dans les bras de maman

A 19 ans, la Suissesse règne sur le tennis féminin mais n’en reste pas moins une jeune fille fragile. Stressée par l’enjeu d’une finale, énervée par ce public qui a pris le parti de Steffi Graff, Martina Hingis craque. Seule sa mère trouve les mots pour la réconforter. Hingis est encore loin de se douter qu’elle ne gagnera jamais Roland-Garros.



2001: Clinton débarque, Grosjean en profite

Alors qu’il mène une manche à rien contre Sébastien Grosjean, André Agassi décroche subitement dans ce quart de finale et lâche les trois derniers sets (6-1, 61-6-3). L’arrivée de rock star de Bill Clinton y est peut-être pour quelque chose.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

2001: Kuerten dans le coeur du Central

Ce huitième de finale devait être une formalité pour Gustavo Kuerten. Pourtant, le Brésilien va passer à un point de la sortie face à Michael Russell, obscur américain passé par les qualifications. Poussé par le public du Central, Kuerten finit par passer l’obstacle. En signe de gratitude envers le public, il dessine alors un cercle sur le court dans lequel il s’allonge.



2004: Argentins au bord de la crise de nerfs


C’est de loin la finale la plus riche en psychodrames de ces dernières années. Pendant deux sets et demi, Guillermo Coria balade son compatriote Gaston Gaudio pétrifié par l’enjeu. Mais miracle du tennis, Gaudio profite de la peur de gagner de Coria pour revenir à deux manches à une. Après un 4e set balancé sans raison par Coria, les deux hommes s’expliquent dans une 5e manche arrachée finalement 10-8 par Gaudio. Pour des raisons diverses, les deux joueurs ne se remettront jamais de cette finale.



En bonus, l’Australien Andrew Ilie fait craquer la chemise après une victoire sur l’Argentin Martin Rodriguez. Gérard Holz en tremble encore dix ans après.