« Il n'y a plus qu'un seul mot, la victoire »

Recueilli par Julien Ropert

— 

Que vous inspirent les résultats de vos concurrents pour le maintien ?

On est à trois points du premier non relégable. Aujourd'hui, il n'y a plus qu'un seul mot, la victoire. On n'a plus de joker. Il faut battre Rennes.

Jouer le maintien contre Rennes, c'est particulier ?

Dimanche, ils vont venir ici motivés. On sait bien qu'ils veulent nous mettre la tête sous l'eau... A nous de répondre présents.

Y a-t-il des motifs d'espoir dans le match de Lyon ?

Du terrain, j'ai eu la sensation qu'on arrivait à se créer des occasions. Si on arrive à se les créer contre Rennes, il nous suffit de les mettre au fond, et ça peut marcher. Il faut tirer du positif de ce qu'on a fait pour se renforcer mentalement, et gagner ce match.

Coment le groupe aborde-t-il ce match décisif ?

On est stressés, on sent la pression. On joue notre survie aussi. Comme tous mes partenaires, je n'ai pas envie de redescendre en L2. Il faut se battre jusqu'au bout.

Combien de points faudra-t-il pour se maintenir ?

Il faut gagner deux matchs sur trois au minimum. Voire un nul ou une victoire dans le troisième pour espérer rester en L1.

Vous gardez un peu d'optimisme ?

Il reste trois journées, pourquoi ça ne tournerait pas ce week-end ? On a le droit d'espérer gagner ce match contre Rennes, et de voir les autres faire un mauvais pas. Tant que ce n'est pas fini, il faut continuer de bosser.

C'est usant de jouer aussi régulièrement le maintien ?

C'est éprouvant, psychologiquement. Mais aujourd'hui, il y a de l'espoir, on n'a pas le droit de lâcher. Il faut continuer à se battre pour sauver ce maillot et ce club. W